Home / Economie / Entre la France et l’Algérie.. Le trafic aérien poursuit sa dégringolade

Entre la France et l’Algérie.. Le trafic aérien poursuit sa dégringolade

Le trafic aérien entre l’Algérie et la France poursuit sa baisse pour le premier trimestre 2019. Un son rapport trimestriel publié hier, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) relève une baisse de 3,7% dans le trafic aérien entre la France et l’Algérie. C’est la seule destination qui figure dans les voyants négatifs de ce rapport périodique. Mise à part notre pays, toutes les autres destinations mentionnées dans ce rapport affichent une évolution significative. C’est le cas du Brésil avec une évolution de +30,6 %, de la Tunisie +16,7 % ou encore du Maroc +12,3 %. De façon générale, Le premier trimestre, de manière générale, le trafic international croît en cumul annuel de +5,1 % avec des pointes a +8,7 % vers l’Amérique et +7,2 % vers l’Afrique. L’Algérie qui possède la plus grande surface aéroportuaire d’Afrique enregistre, pour ce premier trimestre 2019 une baisse de 3,7%. Pour rappel, la dégringolade de la fréquence du trafic aérien entre les deux pays est a entamé sa chute depuis début 2018.
La courbe descendante continue pour l’année 2019. Des observateurs expliquent cette chute par la nouvelle politique migratoire de l’Union européenne et les restrictions sévères dans la délivrance de visas Schengen. A noter que La France, principale destination européenne des algériens, a accordé 413 976 visas en 2017, contre 297 104 seulement en 2018, soit une baisse de 28,23%. En novembre 2018 seulement, l’indicateur mensuel du trafic aérien Tendanciel, qui relève un «net reflux» d’activité avec l’Algérie (-5,9%). Au mois d’octobre de la même année, le même organisme relève que le trafic aérien entre l’Algérie et la France a été marqué par une baisse de 6,9% par rapport à la même période de l’année 2017. A noter également que la nouvelle aérogare, qui sera inaugurée au courant de cette semaine, devra désengorger la plate-forme avec une capacité de dix millions de passagers par an. L’Algérie doit, selon des spécialistes, s’ouvrir davantage aux compagnies low-cost. Ce créneau ne représente actuellement que 07 % du trafic des passagers vers notre pays, contre 40 % au Maroc.
Arezki Ibersiene

About Letemps

Check Also

Après des années en mode stand by.. L’activité des mines et carrières reprend

L’Algérie a enregistré une hausse de l’activité industrielle du secteur des mines et des carrières …