Home / L'edito / Face cachée de «mal lunés»…

Face cachée de «mal lunés»…

Si l’année 2018 a été un enchaînement de désillusions un peu partout dans le monde, 2019 a commencé par un alunissage inédit sur la face cachée de la lune. Elle avait été photographiée dans «Tintin», les Russes et Américains l’avaient survolée, les Chinois y ont atterri, ou plutôt aluni, jeudi dernier. Mais près de cinquante ans après le premier pas sur la lune, cette face cachée du satellite va-t-elle réconcilier l’intelligence et le bon sens sur terre ? Plus terre à terre, entre mythes, légendes et croyances, la lune et son calendrier ont toujours intrigué l’humain. C’est ainsi que sur le plan mental, elle influencerait notre comportement et notre état d’esprit. De là des êtres «mal lunés» ou «bien lunés» cherchent à rabibocher intelligence avec bon sens. La tâche n’est pas aisée, car pendant des millénaires, ça n’a pas été de tout repos. Ce que l’intelligence inventait, le bon sens le comprenait plus ou moins. Ainsi, de la calèche à l’avion, en passant par la machine à vapeur et l’électricité, la guéguerre aura longtemps trituré les esprits. Mais au 21e siècle, d’Einstein à l’intelligence artificielle et cette chinoiserie de plus, le bon sens doit-il accueillir l’inédit sans comprendre ? Ça serait le mépriser, d’autant plus que cette lune et son calendrier ont un impact considérable sur le mois de Ramadhan, et plus généralement de tous les mois lunaires, à l’exclusion de tout calcul astronomique. On a toujours jeûné et cessé de le faire dans le doute d’une nuit pourtant définie par le maître des horloges, le grand soleil. Or, le bon sens a toujours su que l’espace était réversible et que le temps ne l’était pas. La face cachée de la lune changera-t-elle la donne ? L’intelligence veut, apparemment, museler le bon sens qui s’est laissé faire tout en rongeant son frein. Enfermée dans ses laboratoires d’intérêt multiple, dans son monde d’apparences, cette intelligence-là dicte souvent ses lois. Aussi, qu’il nous soit permis de filtrer dans l’intelligence chinoise, sans penser avoir réponse à tout. Et, à moins qu’elle ne nous apporte une réponse sur les «mal lunés» du Ramadhan, qu’elle commence par renoncer à s’auto-admirer en ignorant tout bon sens, canal de sagesse universelle. La Chine peut fanfaronner en ayant déjà capturé les clichés d’un cratère sur cette partie inexplorée de l’astre. Désormais, son robot doit mener des études sur les ressources en minéraux et la culture de la tomate (?…). Une autre opération devrait récolter des parcelles de la Lune qui devront être ensuite étudiées sur Terre. Intelligence ou bon sens ? Seule, une boule de cristal «made in china» pourra répondre à la question. En fait, Pékin tente de rattraper son retard sur les Etats-Unis et la Russie. Preuve de ses ambitions spatiales grandissantes, Pékin a propulsé 38 fusées dans l’espace rien qu’en 2018, soit plus que n’importe quel autre pays. Et c’est son système de géo-localisation, censé concurrencer le GPS américain et le Galileo européen, qui verra le jour l’an prochain. Pékin cherche aussi, en guise de cerise sur le gâteau chinois, à établir une base lunaire, peuplée d’êtres humains, à l’horizon 2030.
Risquant fort d’être «mal lunés», et pour longtemps, ces humains entendront sûrement le bon sens leur souffler à l’oreille que la vraie humanité reste sur terre, entre ciel et mer. Seul bémol, cette terre ne sait toujours pas où découvrir une face cachée, un idéal de vie…

M. N.

About Armadex

Check Also

Presse indépendante, dites-vous ?

Me Ali Yahia Abdennour disait un jour : «Quand je défends les droits de l’Homme, …