Home / Economie / Faisant face à une campagne de «stigmatisation».. L’ETRHB alerte sur des conséquences «fâcheuses»

Faisant face à une campagne de «stigmatisation».. L’ETRHB alerte sur des conséquences «fâcheuses»

Rencontré hier à Alger, le Directeur général du groupe, Amokrane Allache, a révélé que ses employés sont confrontés quotidiennement à des situations des plus inconfortables, allant jusqu’à des menaces à leur égard.

Le groupe d’entreprises ETRHB Haddad est confronté ces derniers temps, à une vague de «dénigrement» sans précédent, orchestrée par certains médias et nourris par les réseaux sociaux. Face à un tel «acharnement», les cadres constituant le groupe ont décidé de réagir en «alertant, et en prenant à témoin l’opinion publique, que cette escalade peut conduire à des conséquences fâcheuses, aussi bien sur l’entreprise que sur ses employés». Rencontré hier à Alger, le Directeur général du groupe, Amokrane Allache, a révélé que ses employés sont confrontés quotidiennement à des situations des plus inconfortables, allant jusqu’à des menaces à leur égard. «Cette situation connaît son point culminant, notamment depuis l’arrestation de son Président», précise le responsable du groupe. Voulant sauvegarder leur outil de production et des postes de travail à ses 15.000 employés, ces hommes et ces femmes «refusent qu’on doute de leur intégrité, et considèrent que personne n’a le droit de jeter à la vindicte toute une entité sur la base de simples supputations».
Revenant sur les 31 ans de réalisations du groupe, le DG de l’ETRHB a indiqué que son entreprise «s’honore d’avoir à son actif la réalisation de plusieurs projets industriels productifs, visant la diversification de l’économie du pays». Hormis ses projets dans les travaux publics, l’hydraulique et les chemins de fer, l’ETRHB est également investie dans le domaine industriel, avec 4 usines en activité et 3 autres qui seront mis simultanément en production dès 2020. Répondant à ses détracteurs concernant l’acquisition de marchés publics par la voie du gré à gré, le responsable de l’ETRHB a précisé que son entreprise «a toujours concouru, dans le cadre des avis d’appels d’offres, à des soumissions aux côtés des d’entreprises nationales et étrangères». Entre 2009 et 2018, «le groupe a présenté, selon le même responsable, des offres à travers 391 soumissions, et il n’a été attributaire que de 76 projets, ce qui représente moins de 20%», précisant que sur les 76 projets, seuls 5 ont été attribués en gré à gré, et 4 l’ont été par réquisition dans le cadre d’opérations revêtant un caractère d’urgence. L’autre sujet sur lequel le groupe est souvent attaqué est celui de l’obtention des crédits.
Selon Allache, le groupe agit dans la transparence, en présentant «les garanties exigées par les règles prudentielles bancaires, et honoré dans les délais impartis ses échéances et remboursements», car «parler d’obtention facile de crédits de la part des banques, notamment publiques, est mal connaître le fonctionnement de ces mêmes banques». Chiffres à l’appui, l’ETRHB a, de 2003 à 2018, contracté un montant global 24,6 milliards de DA. Le groupe a remboursé 21,4 milliards, et ne reste que 2,6 milliards DA à rembourser à échéance 2020. Durant ces 15 années, le groupe a, d’après son responsable, payé 16,6 milliards DA aux banques en termes d’intérêts, d’AGIO, de commissions sur cautions et de frais sur lettres de crédits. En termes de charges fiscales et parafiscales, le groupe ETRHB s’est acquitté entre 2010 et 2018, d’un montant global de 36 milliards de DA, en impôts, CNAS, CACOBATPH).
Hafid M.

About Letemps

Check Also

échanges commerciaux.. L’essentiel se fait avec l’Europe

Avec près de 59% de la valeur globale de ses transactions, l’essentiel des échanges commerciaux …