Home / Economie / Fatma Zohra Zerouati à propos des énergies renouvelables: «On ne veut pas de projets clé en main»

Fatma Zohra Zerouati à propos des énergies renouvelables: «On ne veut pas de projets clé en main»

La politique des pouvoirs publics mise sur l’intégration nationale pour l’instauration d’une industrie nationale des énergies renouvelables, permettant au pays d’atteindre son objectif de produire 27 % de son mixte énergétique à partir de ces énergies d’ici 2040, a indiqué dimanche soir à Alger, la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati.
” L’Etat a affiché sa volonté pour le développement des énergies renouvelables, d’autant qu’il est ouvert à toute proposition, mais il ne veut pas se lancer dans une aventure. On n’a pas besoin de faire ” le clé en main “, la partie locale doit être intégrée dans ce genre de projet, c’est indiscutable “, a insisté Mme Zerouati, en marge d’une conférence-débat, organisée par le Club Energia du Forum des chefs d’entreprise (FCE), sous le thème : “financement des énergies renouvelables : benchmark et apports de la SFI”.
Soulignant que l’Algérie a «beaucoup» investit dans les énergies renouvelables, permettant au pays d’avoir «une industrie qui commence à prendre forme» et «des recherches qui commencent à donner leurs fruits», la ministre a précisé que le pays à ses spécificités et «ne veut pas du copier-coller».
Mme Zerouati a expliqué, dans ce sens, «qu’il ne s’agit pas d’une question de financement seulement», appelant dans ce cadre à «parler des contraintes d’une manière globale et comment avoir tous les ingrédients pour faire mûrir un projet d’avenir», citant notamment l’intégration du produit local, le renforcement de la capacité de production nationale, et aussi la maîtrise de la maintenance et l’entretien des projets des énergies renouvelables.
Rappelant que l’Algérie possède plus de 300 chercheurs dans les énergies renouvelables et des «niches importantes» de production notamment dans l’éolien et le solaire, la ministre a appelé à «s’inscrire dans une vision globale de développement durable», permettant au pays d’atteindre son objectif de produire 27 % de son mixte énergétique à partir de ces énergies d’ici 2040.

R. E.

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …