Home / Culture / Festival international de musique andalouse et des musiques anciennes.. Des membres non payés du staff dénoncent

Festival international de musique andalouse et des musiques anciennes.. Des membres non payés du staff dénoncent

Des membres du staff du Festival international de la musique andalouse et des musiques anciennes, qui se tient chaque année au mois de décembre, à l’Opéra d’Alger, comptent s’organiser pour tenir un rassemblement de protestation devant le ministère de la Culture mardi prochain. Cette action de protestation est décidée suite au non paiement de leurs arriérés pour l’édition 2018 de cette manifestation culturelle. «Le festival s’est déroulé en décembre 2018, et jusqu’à présent, on ne nous a pas encore payés ; comment expliquer que tous les intervenants dans ce Festival, nationaux ou étrangers ont été payés, sauf nous. Les responsables de ce festival nous ont promis de nous payer avant le mois de ramadhan, mais leurs promesses sont restées au stade de paroles, personne n’a cherché après nous», déclare au Temps d’Algérie un des membres du staff.
Contacté par nos soins, un des organisateurs qui souhaite garder l’anonymat précise que «ce virement pour le staff du festival est bloqué au niveau du ministère de la Culture. Il n’y a aucun motif raisonnable qui puisse motiver ce blocage, mais on le subit comme tout le monde», dit-il. Force est de constater que les pratiques bureaucratiques suspectes qui prévalaient au temps de l’ancien régime ont la peau dure au ministère de la Culture.
A noter que des artistes et musiciens qui ont pris part à ce festival depuis 2016 n’ont été payés qu’au mois d’avril dernier, après une grande campagne de dénonciation sur les réseaux sociaux. Ces artistes et musiciens ont dénoncé «une tentative d’escroquerie !». «L’attitude méprisante des organisateurs de ce festival pour les talents nationaux est sans limite. Comment expliquer le fait que tous les artistes et musiciens étrangers ont été payés, et nous concernant, il a fallu trois années d’attente, et encore, il a fallu faire toute une campagne de dénonciation sur les réseaux sociaux ?», se demandent-ils.
En plus donc de ces attitudes méprisantes envers les jeunes talents nationaux, s’ajoutent les blocages de toutes sortes au niveau du ministère de la Culture. «Nous comptons recouvrer nos droits comme l’ont fait nos amis artistes et musiciens. Car, visiblement, ces gens ne comprennent pas les choses de manière civilisée», fulmine un des membres du staff.
A. I.

Check Also

2e Colloque de la Palestine du roman arabe.. Amine Zaoui parmi les invités

Le romancier algérien Amine Zaoui sera parmi les invités, aux côtés d’une élite d’hommes de …