Home / Sports / Fin des travaux des états généraux du sport: Maintenant place à la concrétisation

Fin des travaux des états généraux du sport: Maintenant place à la concrétisation

Cette rencontre, dirigée par le ministre du secteur, Mohamed Hattab, a réuni les différents acteurs du mouvement sportif national.

Symposiums, Etats généraux, colloques, séminaires, journées d’études, combien les acteurs du sport ont été briffés par ce genre de réunions rassembleuses afin de redonner à notre mouvement sportif sa verve qui tarde à le remettre sur rails. En effet, le sport algérien a été exposé, de jeudi jusqu’à hier samedi, au palais des expositions de Mohamedia, rassemblant au passage, toute sa famille en vue de pérenniser son épanouissement. En somme, il s’est vendu en une pièce idéale, de son exposé, de l’aspect organisationnel, infrastructurel, en passant par le sport d’élite, la prise en charge en oubliant toutefois au passage le dopage, bref…. Démontrant ainsi tous ses compartiments afin de le voir s’extirper de cette guigne qui le ronge. Une louable initiative de la part de la tutelle, mais en réalité, ce secteur va mal, il continue de subir les affres de la mauvaise gestion. Le temps presse, et il n’est plus question de le freiner avec ce grand volume théorique. L’idée de construire est effective, cela mènerai à relativiser la performance, c’est du moins, ce que recherchent généralement nos scientifiques dans le domaine du sport du haut niveau. Les performances de nos athlètes et durant ces dernières années, nous ont valu de petites satisfactions, mais aussi de grandes déceptions, notamment dans les disciplines individuelles et collectives où les clubs et sélections nationales ont échoué à décrocher le moindre trophée au double plan continental et régional.
Les disciplines de combat ont quelque peu sauvé la mise même si elles sont encore loin des attentes. Que faut-il, donc, pour que ces dernières retrouvent leur lustre d’antan, si ce n’est par le passage sur le terrain lequel, habilité à redonner de l’espoir. Après les fameux symposiums en passant par les séminaires, colloques, conférences ou encore journées d’études, voilà qu’aujourd’hui l’on parle des états généraux du sport, une vision qui ne semble pas convaincre sans son passage sur le terrain. Plusieurs thématiques étaient en effet, au menu des premiers «États généraux» du sport national, tenu au Palais des expositions de la Safex (Pins maritimes, Alger).
Cette rencontre, dirigée par le ministre du secteur, Mohamed Hattab, a réuni les différents acteurs du mouvement sportif national, afin de discuter de la situation générale du sport algérien à travers des ateliers choisis pour la circonstance. Cela dit, établir un diagnostic et sortir avec des recommandations pour booster le sport en Algérie et pouvoir faire des projections avec obligation de résultats à moyen et long termes. Santé et sport, infrastructures sportives, prise en charge des jeunes talents et des élites nationales, droit et financement du sport, professionnalisation du sport (cas du football) et promotion du fair-play, telles ont été ces thématiques retenues pour l’occasion. Telles ont aussi été ces diagnostics sur lesquels s’attend le plus le sportif algérien. En revanche, l’on a omis de parler de l’instabilité dans les différentes structures sportives dont, les fédérations sportives et de la performance, émanent malheureusement du renouvellement des instances sportives nationales de 2017, au terme d’un processus contesté. Celui-ci est passé inaperçu. C’est de cela ce dont on voulait entendre pour une fois et exprimé nos responsables, ce sont malheureusement là les vrais problèmes.

Ahmed Chébaraka

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …