Home / Actualité / Financement du secteur de la santé A revoir…

Financement du secteur de la santé A revoir…

Le système de financement du secteur de santé national est à revoir. Les familles algériennes qui y contribuent à hauteur de 25% sont les premières à être pénalisées, a soutenu hier à Alger le Pr Larbi Lamri expert en économie sanitaire.
M. Lamri a précisé en marge du 2e séminaire international sur les affaires juridiques et l’économie pharmaceutique, que le citoyen contribue à hauteur de 25% dans les coûts des soins médicaux, un taux de contribution qui se rapproche de celui de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) qui est de l’ordre de 21,5%, tandis que l’Etat, a-t-il ajouté, s’acquitte du reste. Il a souligné que cette charge (25%) grève le citoyen d’où la nécessité d’une révision du système de financement actuel du secteur. Cette charge assumée par le citoyen est due à «la non révision de la tarification des médicaments et des prestations médicales remboursés par la CNAS et qui remonte aux années 90 alors que le société a connu de grandes mutations socio-économiques, a-t-il expliqué. Cette situation, poursuit-il, a donné lieu à l’apparition de deux classes sociales, l’une démunie qui se contente de se soigner en Algérie quelle que soit la qualité des soins et l’autre, aisée, qui préfère se soigner dans les pays voisins ou occidentaux, soulignant que l’accès aux soins doit être assuré équitablement à tous les citoyens. Comme solutions, l’expert a proposé la mise en oeuvre du système de convention entre les établissements hospitaliers, la CNAS et le ministère de la Solidarité nationale, ajoutant que ce système a prouvé son efficacité en France et au Canada. Prévu dans la loi de finances 1993, le système de convention n’a jamais été appliqué, a rappelé M. Lamri, appelant à sa mise en œuvre pour rationnaliser les dépenses et assurer une couverture sanitaire de qualité étant donné que tous les mécanismes nécessaires existent depuis des années. Le projet de la loi sanitaire qui est actuellement sur le bureau de l’APN, contient des « avancées» mais aussi beaucoup de «lacunes», ont estimé des experts algériens lors de l’examen de ce projet de loi par la commission de la santé, des affaires sociales, du travail et de la formation professionnelle de l’APN. Les experts européens, tunisiens et marocains qui ont participé à ce séminaire international ont abordé de nombreux thèmes liés au financement des systèmes du secteur de la santé et les lois relatives aux nouveaux médicaments, outre la présentation d’expériences régionales et de protocoles de soins.

R. N.

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …