Home / Actualité / FLN, RND, TAJ, UGTA et Zaouïas le demandent: Consensus autour du 5e mandat

FLN, RND, TAJ, UGTA et Zaouïas le demandent: Consensus autour du 5e mandat

Le projet du 5e mandat se précise. Sa machine est lancée par les partis de la majorité présidentielle, les organisations de la société civile et la puissante centrale syndicale.

Dans une démarche qui semble être concertée, les soutiens inconditionnels au chef de l’Etat s’alternent pour l’appeler à poursuivre sa mission à la tête du pays. «Notre appel s’inscrit dans un vaste mouvement d’appel qui est en train de monter et surgir, émanant de formations politiques, d’organisations syndicales et de la société civile», a expliqué Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND, dans sa conférence de presse avant-hier. L’espace d’une seule journée, trois appels ont été conjugués en même temps : le patron du RND à l’occasion de sa conférence à Alger, son homologue du FLN à partir d’Oran et le président de TAJ, Amar Ghoul à Alger, à l’occasion d’une réunion des cadres de son parti. Ces appels simultanés et persistants viennent conforter celui d’Abdelmadjid Sidi Said qui a remis une motion de soutien au 5e mandat le 1er mai dernier à l’occasion de la journée mondiale des travailleurs.
Ils confortent aussi l’appel de l’Organisation nationale des zaouïas que préside Abdelkader Bacine lancé depuis déjà près d’une année. A partir d’Oran où il a présidé avant-hier une rencontre des cadres du FLN de 12 wilayas de l’Ouest, le patron du parti, Djamel Ould Abbès a lancé : «Le FLN n’offre pas un soutien circonstanciel à Bouteflika. A ceux qui disent nous avoir devancés dans l’appel à la candidature du Président, nous leur rappelons que nous sommes les premiers à avoir adressé cet appel au président de notre parti». M. Ould Abbès a précisé que l’appel engage tous les militants et cadres du parti, même si la position officielle qui échoit au Comité central, instance souveraine entre deux congrès, n’a pas encore été approuvée, en raison de sa non convocation depuis 18 mois. «J’ai transmis personnellement la lettre des 120 secrétaires de mouhafadhas qui traduit la demande de 700 000 militants au Président lui demandant de poursuivre sa mission à la tête du pays en ma qualité de secrétaire général de son parti et en sa qualité de président du parti. Je n’ai pas encore reçu de réponse», a-t-il encore lancé.

En tout cas, tous ces partis réunissent un consensus sur la nécessité du 5e mandat.

«Dans ces affaires d’intérêt national, nous n’avons pas pris position pour faire taire les rumeurs et nous avons pris une position pour un choix qui nous semble en tant que famille politique importante sur la scène nationale, et servira les intérêts de la nation et de l’Etat algériens», a déclaré le chef du RND, ajoutant que son parti fera tout pour concrétiser cet appel. Pour sa part, le président de TAJ, Amar Ghoul, qui a réuni avant-hier les cadres de sa formation pour préparer le prochain congrès du parti, a réitéré son soutien inconditionnel à Bouteflika. «Notre position est claire et constante. Depuis la création du parti passant par la présidentielle de 2014, notre conviction est d’être fidèle au président de la République Abdelaziz Bouteflika», a-t-il déclaré. Et d’ajouter : «Aujourd’hui, nous réitérons notre fidélité et notre soutien au président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Notre fidélité est constante, continue et permanente». «Notre position est une conviction et une responsabilité. Elle est loin d’être une surenchère, un marchandage ou susceptible de semer le doute», a-t-il encore affirmé. A l’heure actuelle, il ne reste donc que l’annonce du concerné lui-même pour que le projet se concrétise.

Karim Aimeur

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …