Home / Algérie / Forêt de la cité Zhun de Béni-Saf (Aïn-Témouchent): Massacre à ciel ouvert

Forêt de la cité Zhun de Béni-Saf (Aïn-Témouchent): Massacre à ciel ouvert

La déforestation à ciel ouvert de la ceinture verte de la ville côtière de Béni-Saf, wilaya d’Aïn-Témouchent, ne semble inquiéter ni les responsables de la conservation des forêts et encore moins les élus et responsables locaux qui ont délivré les permis de construction à l’intérieur de la pinède de la Zhun de Béni-Saf. Cela a conduit le promoteur à abattre les arbres pour réaliser un projet de construction de12 logements promotionnels, comme l’indiquent le panneau et le permis de construire N°103 délivré le 24/09/2017 par l’APC de Béni-Saf. Les travaux de terrassement ont conduit à l’abattage sauvage des dizaines d’arbres sans qu’intervienne la conservation forestière pour mettre un terme à cette catastrophe écologique et environnementale. L’on se demande comment ce promoteur s’est vu attribuer cette parcelle de forêt sachant qu’elle appartient au domaine public et protégée par la loi N°84-12 portant régime des forêts et protection du patrimoine forestier ainsi que celle N°90-30 portant loi domaniale. Ce n’est, donc, nullement une propriété de la commune et que le projet devait être soumis préalablement à une enquête commodo-incommodo et avoir l’aval ou le refus de la conservation des forêts de la wilaya d’Aïn-Témouchent. Tout le monde s’accorde à dire à la ville de Béni-Saf que «cet octroi sent le roussi et qu’il y a anguille sous roche». Et de souligner «que l’autorisation de ce projet va ouvrir l’appétit à d’autres prédateurs du foncier, et c’est toute la forêt qui sera détruite et rasée si les autorités locales n’interviennent pas à temps pour arrêter ce massacre». C’est une image de désolation et d’impuissance qui s’offre aux riverains et aux citoyens de cette ville côtière qui a perdu, ces dernières années, plus de 60% de son tissu végétal et forestier. Toutes les pinèdes qui couvraient les monts de la ville ont presque toutes disparu au profit du béton, et le désastre écologique est loin d’être arrêté à cause de la déliquescence de certains responsables, qui se soucient peu de l’environnement et du développement durable.

B. Soufi

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …