Home / Actualité / Grâce à la transhumance politique: Le FLN gagne 70 nouvelles APC

Grâce à la transhumance politique: Le FLN gagne 70 nouvelles APC

Le FLN puise dans les réservoirs des autres partis pour se renforcer. Ayant gagné 603 Assemblées populaires communales (APC) lors des élections locales du 23 novembre dernier, le vieux parti sort finalement avec un bonus de 70 Assemblées, dont les listes gagnantes ont rallié le parti majoritaire.

Le secrétaire général du parti, Djamel Ould Abbès, était fier d’annoncer ce nouvel «acquis» en organisant, hier, au siège du FLN sur les hauteurs d’Alger, une cérémonie en l’honneur d’un P/APC qui a adhéré au parti avec tous les élus de sa liste.
Il s’agit du maire d’Alger-centre, Abdelhakim Bettache et des 15 autres élus sur sa liste indépendante.
«70 nouvelles listes ont adhéré au FLN», a annoncé M. Ould Abbès en marge de la cérémonie. Parmi ces communes, celle de Koléa à Tipaza où le P/APC, parrainé par le FFS, a annoncé, à l’occasion de la cérémonie de son installation, la désertion des rangs du plus vieux parti de l’opposition et son adhésion à l’ex-parti unique.
La «réalisation» du FFS dans cette commune est donc récupérée par le FLN. Dans toutes ces 70 communes, le FLN a participé à la compétition et a perdu. Mais grâce à la transhumance politique, le parti est sorti finalement vainqueur dans ces municipalités.
Le patron du FLN ne trouve aucune gêne à accepter ses nouvelles adhésions même s’il condamne le nomadisme politique. «Au FLN nous combattons le nomadisme politique mais nous laissons les portes ouvertes à ceux qui veulent nous rejoindre», a-t-il soutenu, affirmant que le P/APC d’Alger-centre n’a pas rejoint le FLN pour devenir sénateur ou député mais pour l’intérêt de sa municipalité. Mais ces nouvelles adhésions sont mal vues par certains cadres du FLN qui désapprouvent cette manière de renforcer les rangs du parti. «On ne renforce pas un parti comme ça. C’est un comportement malsain d’un côté comme de l’autre. ‘est pire que l’opportunisme. C’est l’absence de scrupule d’un côté comme de l’autre. C’est un manque de responsabilité et ça participe à discréditer la scène politique», réagit Abderrahmane Belayat, l’un des opposants les plus en vue de la direction nationale du FLN. Contacté par nos soins, M. Belayat a dénoncé ce procédé qui consiste à accepter le nomadisme de personnes élues sur d’autres listes concurrentes à celles du parti leur ouvre ses bras. «C’est un manque de respect aux électeurs et c’est un signe de défiance au parti : comment leur faire confiance après avoir déserté les partis grâce auxquels ils sont élus», ajoute notre interlocuteur.
Mais le problème ne se pose pas à ce niveau pour le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès.
Ce dernier a annoncé, en outre, que sa formation a remporté 33 Assemblées populaires de wilaya (APW), soit plus de deux tiers des APW du pays.
Ce résultat est réalisé par le FLN grâce aux alliances de ses élus avec les élus des partis de l’opposition, dont le MSP et le Front El Moustakbal. Même si la logique aurait voulu que ces partis de l’opposition mettent un bulletin blanc lors des votes des P/APW, il n’en demeure pas moins qu’ils n’avaient pas trop de choix : il fallait choisir entre le FLN ou le RND, deux partis du pouvoir qu’ils critiquent et qui concourent pour les présidences des assemblées.
En contre partie de quelques commissions et privilèges au sein des APW, ils ont opté pour le FLN qui a remporté 33 APW. Le RND ne présidera donc que 13 APW au maximum puisque le FFS a en remporté deux, à savoir Tizi-Ouzou et Béjaïa.

Le CC aura lieu le 19 mars

Prévu initialement pour le 22 octobre avant qu’il ne soit reporté en raison des élections locales du 23 novembre dernier, le Comité central du FLN aura finalement lieu le 19 mars 2018, selon des membres de cette instance. Un choix qui n’est pas fortuit de la part du secrétaire général du parti, Djamel Ould Abbès, puisque cette date coïncide avec le 56e anniversaire du cessez-le-feu. Et comme Ould Abbès revendique que son parti est dépositaire des grands faits de l’histoire du pays, depuis 1954, il en fera une occasion pour réitérer ses «convictions».
En tout cas, le CC du FLN se réunira après plus de cinq mois de retard, puisque statutairement, il est censé se tenir le 22 octobre dernier.

Karim Aimeur

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …