Home / Actualité / Grèves au niveau des mines de Boukhedra et Ouenza.. Reprise du travail aujourd’hui

Grèves au niveau des mines de Boukhedra et Ouenza.. Reprise du travail aujourd’hui

La direction générale de la MFE a accepté de verser le salaire mensuel du mois d’avril aux travailleurs protestataires, soulignant que «les jours de grève seront compensés sur leur congé annuel…

«Le travail reprendra aujourd’hui, au niveau des mines de fer de Boukhadra et Ouenza de la wilaya de Tébessa, après un mois de grève», a indiqué hier, le président directeur général de l’entreprise des Mines de Fer de l’Est (MFE), Mohamed Messaâdia. Le même responsable a précisé à l’APS, que «les employés des mines d’Ouenza et Boukhadra vont reprendre le travail ce jeudi, après un mouvement de protestation jugé ‘illégal’, entamé le 31 mars pour réclamer l’amélioration de leurs conditions socio-professionnelles». Le PDG a ajouté que «cette décision a été prise suite à une réunion tenue mardi soir, au siège de la wilaya en présence du chef de l’exécutif local, de la direction générale de la MFE, des représentants des sections syndicales des mines de fer de Boukhadra et Ouenza, ainsi que du directeur de l’Industrie par intérim, afin de se pencher sur les revendications des manifestants et trouver des solutions».
M. Messaâdia a révélé en ce sens, que «la direction générale de la MFE a accepté de verser le salaire mensuel du mois d’avril aux travailleurs protestataires, soulignant que «les jours de grève seront compensés sur leur congé annuel». S’agissant de la prime d’encouragement réclamée par les grévistes, le même responsable a confirmé qu’«elle a été approuvée ‘à titre exceptionnel’ lors de la réunion de l’Assemblée générale de la MFE, tenue à la mi-avril à Alger, en attendant d’en fixer le montant et l’accorder aux travailleurs le 8 mai prochain». Pour rappel, les travailleurs des mines de fer de Boukhadra et Ouenza ont entamé un mouvement de grève le 31 mars dernier, causant une perte de 1 milliard de DA, et entraînant l’arrêt du haut fourneau et plusieurs unités de production du complexe Sider d’El-Hadjar (Annaba), après l’épuisement des stocks du minerai de fer brut depuis jeudi dernier.
A noter que les mines de Boukhadra et Ouenza approvisionnent le complexe Sider d’El-Hadjar à hauteur de 2,3 millions de tonnes de minerai de fer annuellement, qui sont transformées et exportées vers les marchés internationaux, notamment. «Par ailleurs, les travailleurs du complexe minier de phosphate de Djebel Onk de la commune de Bir El-Atar (120 km au sud de Tébessa), ont repris mardi le travail, après une grève qui a duré 3 semaines», a indiqué mercredi le président directeur-général du groupe «Somiphos», Mokhtar Lakehal. Le même responsable a précisé à l’APS, que les employés du complexe minier de phosphate de Bir El Ater ont repris le travail mardi soir, après une grève de 24 jours. «Après plusieurs séances de réconciliation, entre la section syndicale et la direction générale de Somiphos», un accord – incluant de trouver des solutions dans les plus brefs délais’ aux conséquences de cette grève – a été conclu, notamment étudier la question relative au problème du salaire du mois d’avril dernier, ainsi que la régularisation de la situation de 24 travailleurs qui ont été suspendus», a ajouté M. Lakehal.
Il s’agit également, conformément à cet accord, de compenser les préjudices occasionnés par ce mouvement de protestation, «illégal», selon le PDG, et qui a occasionné un déficit de production de 100.000 tonnes de phosphate brut destiné à l’exportation, pour une valeur de plus de 06 millions de dollars. «La reprise du travail permettra ainsi de procéder à l’extraction de 135 à 140.000 tonnes de phosphate brut de la mine de Djebel Onk durant le mois de mai en cours», a fait savoir le même responsable, et qui seront exportées via le port d’Annaba, en direction des marchés internationaux. Pour rappel, pas moins de 1000 travailleurs du complexe minier de phosphate de Djebel Onk, ont procédé à un mouvement de protestation, réclament l’amélioration de leurs situation socio-professionnelle, notamment l’augmentation des salaires.
R. N.

About Letemps

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …