Home / International / Guerre médiatique pour la Ghouta Orientale: Quand la presse qualifie les terroristes d’opposants

Guerre médiatique pour la Ghouta Orientale: Quand la presse qualifie les terroristes d’opposants

Le conflit armé opposant, dans la Ghouta Orientale, l’armée légale de Damas et les prétendus opposants, est déformé par certains médias occidentaux qui ne parlent pas de lutte anti terroriste.

La carte des forces en présence dans la banlieue de Damas proposée le 3 mars par le quotidien français du soir diffère de celle qu’il avait partagée sur Twitter le 28 février : Le groupe Faylaq Al-Rahman n’y est plus étiqueté comme islamiste. Que s’est-il passé en l’espace de cinq jours ? Comme l’a repéré le blogueur Olivier Berruyer, qui administre le site les-crises.fr, la carte des groupes armés officiant dans la Ghouta orientale proposée le 3 mars par le journal Le Monde sur le compte Twitter Le Monde en cartes est différente de celle qu’avait diffusée le quotidien sur son site internet le 28 février. Parmi les groupes cités, Faylaq Al-Rahman [La légion du tout-miséricordieux], groupe islamiste proche des Frères musulmans, avait d’abord été présenté dans l’infographie comme se revendiquant «de l’Armée syrienne libre, à dominante islamiste». Le groupe djihadiste «n’a pas d’idéologie très marquée». Quelques jours plus tard, le groupe est simplement présenté comme opposant. La mention «à dominante islamiste», elle, a disparu. En l’espace d’un an, la description de ce groupe par le quotidien a aussi évolué. En 2017, Le Monde décrivait dans son édition du 22 mars le groupe Faylaq Al-Rahman comme «une coalition de brigades à dominance islamiste». Le 3 mars 2018, le quotidien explique pourtant que le groupe «n’a pas d’idéologie très marquée». Le Tony Blair Institute for Global change, un think tank, précise que c’est «une faction islamiste armée». Selon Olivier Berruyer, cité par Russia Today, «Le Monde ne parle pas de la nature islamiste d’un des principaux groupes rebelles présents dans la Ghouta». Un type de couverture médiatique qui «fait clairement le jeu des djihadistes», poursuit l’intéressé. Région à la fois urbaine et agricole en banlieue de Damas, la Ghouta est le dernier bastion des rebelles islamistes dans cette région. Différents groupes armés bombardent régulièrement Damas. En réaction, l’armée de la Syrie a lancé le 18 février une offensive de grande envergure pour y mettre fin. Depuis le 27 février, une trêve quotidienne de cinq heures a été décrétée par Moscou, sans pour autant que cessent les combats. Les pays occidentaux parlent de la responsabilité du gouvernement syrien, l’accusant de viser les civils, mais Damas et Moscou soulignent que les groupes djihadistes retiennent la population civile en otage tout en tirant sur les couloirs humanitaires pour dissuader de fuir ceux qui en auraient la vélléité. Certains médias occidentaux présentent à dessein l’armée de Damas comme étant le bourreau et les terroristes comme étant des opposants.

Mounir Abi

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …