Home / Economie / Hausse des prix en ce mois sacré.. L’Anca s’en lave les mains

Hausse des prix en ce mois sacré.. L’Anca s’en lave les mains

L’association nationale des commerçants et artisans (ANCA) s’en lave les mains des commerçants à l’origine de l’inflation des prix sur le marché, en ce mois sacré de ramadhan, ainsi que de leur comportement inapproprié envers les contrôleurs commerciaux. Depuis quelques jours, les prix des produits consommables ont atteint le plafond sur le marché. Les spéculateurs à l’origine de cette inflation, profitent de cette période pour s’en mettre plein les poches, et ce malgré les avertissements des pouvoirs publics. Profitant de ce moment cruciale pour l’Algérie (Hirak), ils ont fait augmenter les prix de divers produits, notamment celui des fruits et légumes. En plus de cette spéculation, l’absence des contrôleurs sera fortement ressentie en ce mois sacré, à cause de la grève qu’ils observent. Désormais, le citoyen ne sait plus à quel saint se vouer.
Entre l’absence des contrôleurs commerciaux et l’augmentation du nombre des spéculateurs, la régulation du marché en ce mois, s’annonce très dure pour le ministère du commerce. S’exprimant à ce sujet, l’ANCA de l’Hadj Tahar Boulenouar, a assuré qu’elle ne défendra aucun des spéculateurs, qui ont reçu un avertissement du ministère du commerce, car «leur comportement est inadmissible». «L’association n’interviendra pour aucun de ces spéculateurs», ajoute-t-elle. Dans ce sillage, elle a appelé les commerçants à respecter les prix de vente fixés par le ministère du commerce, mais aussi faciliter le travail aux contrôleurs, et ce pour ne pas nuire au consommateur. «Les commerçants doivent contribuer dans la lutte contre la spéculation des prix sur le marché pour le bien de tous», conclut-elle. En outre, avec le mouvement populaire que connaît le pays depuis le 22 février, la situation risque de durer encore un moment.
Les grèves observées et les rassemblements organisés risquent de paralyser certains secteurs, dont le commerce. Hier, les inspecteurs et contrôleurs commerciaux ont organisé des sit-in de protestations, devant les divers sièges des directions de commerce dans plusieurs wilayas dont : Alger, Chlef, Mostaganem, Laghouat et Msila. Soutenant les demandes des syndicats du secteur du commerce, ont dénoncé le silence accablant de la tutelle sur leurs revendications, portant sur la régularisation de leur situation socioprofessionnelle. Ils ont refusé, dans ce sens, de descendre travailler sur le terrain sans aucune protection.
«Avec la conjoncture actuelle, ont-t-ils précisé, le travail sur le terrain devient très dangereux». «Vu le grand nombre de contrôles qu’on assure sur le terrain, l’accompagnement des policiers est impossible. Le ministère doit donner suite à nos revendications», ont-ils ajouté. Par ailleurs, selon un communiqué publié par ce syndicat, la grève observée hier, se poursuivra jusqu’au 9 mai prochain, devant les directions de wilayas du ministère du commerce. Ce mouvement de débrayage rependra du 13 au 15mai prochain. A ce propos, les inspecteurs et contrôleurs ont signalé que cette grève sera maintenue en cas de non réponse de la tutelle.
Radia Choubane

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …