Home / Actualité / Hausse du prix du mouton de l’Aïd: L’UNPA accuse le consommateur !

Hausse du prix du mouton de l’Aïd: L’UNPA accuse le consommateur !

L’Union nationale des paysans algériens (UNPA) appelle les consommateurs à acheter le mouton de l’Aïd quelques jours avant la fête pour éviter la flambée des prix.

Invité du Forum du journal arabophone «Ach-chaab», le secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), Mohamed Alioui, a indiqué que l’acteur principal causant la hausse des prix des bêtes de l’Aïd est le consommateur, car il fait ses achats des semaines avant le jour de la fête. «L’offre cette année est abondante, les consommateurs n’ont rien à craindre», a-t-il rassuré. Selon lui, les prix vont revenir à la baisse à l’approche du jour de l’Aïd ; c’est dans ce sens qu’il a appelé les citoyens à s’armer de patience et à acheter leur bête quelques jours avant la date prévue. Dans le même contexte, il a fait savoir qu’en prévision du bon déroulement des ventes de l’Aïd, le ministère de l’Agriculture a mis en place une série de mesures, à l’instar de l’ouverture de points de vente à travers les communes de la wilaya d’Alger, de l’abaissement des prix de la nourriture des bêtes et de la mobilisation de vétérinaires. Ces mesures, a-t-il poursuivi, permettront de lutter contre l’inflation des prix d’une part, et de prévenir le scénario de la putréfaction de la viande de l’année précédente, rappelant que pas moins de 105 points de vente directs ont été ouverts à travers les communes de la wilaya d’Alger. L’orateur a souligné que les prix du mouton de 30 kg ne dépasseront pas 30.000 dinars. En effet, le ministère de l’Agriculture a assuré que le marché de vente de moutons sera alimenté de près de 100.000 têtes de plus, réparties sur 105 points de vente directs, et ce, pour noyer le marché et faire baisser de la sorte les prix. Elles seront mises en vente par pas moins de 43 éleveurs autorisés. Dans ce sillage, l’intervenant a fait savoir que l’Algérie est le seul pays qui n’importe pas de moutons, soulignant qu’il compte aujourd’hui plus de 27 millions de têtes. S’agissant de la hausse des prix durant le mois sacré de Ramadhan, M. Alioui a expliqué que les véritables raisons portent sur le manque de moyens de stockage des produits. Tout au long du mois sacré, a-t-il souligné, les prix des produits, notamment des fruits et légumes, ont connu une grande perturbation, et la fédération n’a rien pu faire contre les spéculateurs. A ce propos, il a rassuré qu’en ce mois, les prix sont revenus à la baisse pour une grande partie des produits. S’exprimant sur la pomme de terre, l’orateur a affirmé que les stocks de pomme de terre sont suffisants, et aucune hausse de prix n’est prévue. Pour le retard dans la récolte et la culture de ce tubercule, M. Alioui a précisé qu’il est dû principalement au manque de main-d’œuvre et de moyens, signalant l’augmentation des prix des machines de culture qui a atteint les 7 milliards de centimes cette année.

Radia Choubane

About Armadex

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …