Home / International / Il a parlé de chômage, de croissance et menacé la Chine, l’Iran, l’OPEP et la Russie: Trump fait rire l’Assemblée de l’ONU

Il a parlé de chômage, de croissance et menacé la Chine, l’Iran, l’OPEP et la Russie: Trump fait rire l’Assemblée de l’ONU

Devant la 73e assemblée générale des Nations unies, le président américain s’est félicité des réussites «extraordinaires» de son administration, provoquant, à sa surprise, plusieurs rires dans l’assistance.

Le président américain Donald Trump a provoqué des rires inattendus de la part de certains dirigeants quand il a déclaré devant l’Assemblée générale des Nations unies mardi que son administration avait réalisé des «progrès extraordinaires en l’espace de deux ans : plus que n’importe quelle autre administration américaine», selon lui. «Je ne m’attendais pas à cette réaction», a souri le chef d’Etat américain, visiblement déstabilisé. Il a poursuivi en affirmant que les Etats-Unis étaient désormais plus forts, plus sûrs et plus riches que lorsqu’il est entré en fonction en janvier 2017 et que son administration défend les intérêts américains et défend le monde.
Une semaine de discours et de prises de parole à la tribune prestigieuse pour tenter de réparer un système international instable. La politique hostile prônée par le président américain est dénoncée par de nombreux pays. Son discours lors du la 73e session de l’Assemblée générale de l’ONU a concerné la politique américaine et internationale. Le président américain a parlé de chômage et de croissance économique du pays et dit qu’aucun président américain, à part lui, n’a réalisé de telles prouesses. Il a procédé à une série de proclamations de guerre : guerre économique contre la Chine, la Russie et l’Europe, guerre institutionnelle contre les organisations internationales qui symbolisent le multilatéralisme comme le Conseil des droits de l’homme de l’ONU ou la Cour pénale internationale (CPI). Il a proclamé aussi la guerre contre l’Iran et enfin contre l’OPEP. Cette 73e Assemblée générale des Nations unies, institution créée en 1945 pour, selon la charte de San Francisco, faire respecter le droit international, se déroule dans un climat délétère. La politique prônée par le président américain est dénoncée par de nombreux pays, dont ceux de l’Europe. Il a attaqué nombre de pays et fait les louanges d’autres, dont Israël et certains pays arabes, connus pour leur accointance avec Washington. Il a plaidé pour la formation d’une coalition stratégique avec les six pays membres du Conseil de coopération du golfe Persique, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït, Oman, Bahreïn, le Qatar, l’Égypte et la Jordanie contre l’Iran et son influence régionale, malgré les crimes de guerre commis par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite contre les civils du Yémen. Trump a déclaré la guerre aux institutions internationales en raison de la protestation de ces dernières contre la violation du droit international par le régime israélien et leur protestation contre les crimes de guerre commis par les Israéliens en Palestine et au sud du Liban. Ennemi du multilatéralisme, Trump a surtout attaqué la Cour pénale internationale (CPI), le Conseil des droits de l’homme de l’ONU et l’Unesco.

Mounir Abi

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …