Home / Temps réel / Illoula Oumalou: Les 100 locaux du Président toujours abandonnés

Illoula Oumalou: Les 100 locaux du Président toujours abandonnés

Le programme des 100 locaux commerciaux par commune, lancé par le président de la République en 2005 pour répondre aux demandes des jeunes dans le cadre de la résorption du chômage, semble ne pas réaliser son objectif tel qu’il a été conçu et étudié par les responsables , puisque dans plusieurs communes, ce projet va à vau l’eau. A l’exemple de la commune d’Illoula Oumalou où les 100 locaux qui lui sont destinés et réalisés restent toujours inexploités.
Les bénéficiaires de ces locaux commerciaux, situés à Souk Lekhmis (Vouhamou) dans cette commune attendent leur exploitation depuis leur attribution effective il y a quelques années déjà. Les jeunes qui ont bénéficié de ces locaux afin d’y travailler en exerçant une activité commerciale, se disent lésés par la situation, puisque tout usage de ces locaux en question reste impossible puisqu’ils ne sont pas branchés aux conduites d’eau potable et au réseau d’électricité. Des jeunes bénéficiaires dans ce site, affirment qu’ils détiennent des décisions d’attribution depuis des années, et pas plus que ça. Aujourd’hui, les locaux en question sont dans un état désastreux, car ils ont été abandonnés par leurs bénéficiaires. Signalons qu’au niveau de ces locaux commerciaux qui ont été réalisés dans le cadre du programme du président de la république, le manque d’eau et d’électricité empêchent toute activité. C’est ainsi que les bénéficiaires réclament le raccordement au réseau électrique et au réseau d’AEP, afin de pouvoir activer au sein de ces locaux. Notons que le programme des 100 locaux commerciaux par commune, semble ne pas réaliser son objectif tel qu’il a été conçu et étudié par les responsables du dit programme. Il s’agit de 150.000 locaux commerciaux qui ont vu le jour en 2010 pour qu’ils soient destinés aux jeunes diplômés et à ceux qui ont de métiers. Le programme en soi était et demeure très prometteur, générateur d’emplois et de niches fiscales que ce soit pour les bénéficiaires dans le cadre des mécanismes d’insertion de jeunes à travers l’Ansej et la Cnac et l’Angem, sous forme de micro-entreprises susceptibles d’enclencher la dynamique de l’emploi ou par l’ouverture d’une brèche concrète pour ceux qui veulent s’affirmer par leurs talent et génie en étant des pionniers et à la tête de start-up qui pourraient servir comme modèle de réussite et de perspective pour booster l’économie nationale en mal d’efficacité et de décollage. Le chiffre officiel donné par les services du gouvernement à l’époque à propos du coût financier du programme des 100 locaux par commune à l’échelle nationale est estimé à 35 milliards de dinars. C’est donc un montant faramineux qui a été débloqué pour réaliser ce programme dans le but de libérer les initiatives individuelles dans le domaine de l’entrepreneuriat et la sous-traitance comme levier de l’économie dotée de flexibilité et de performance, allusion faite aux petites et moyennes entreprises qui ont prouvé qui elles sont le moteur, le vecteur de choix et incontournable de l’économie moderne dans le monde. En Algérie, ce gigantesque programme se heurte à une réalité désastreuse. C’est le moins que l’on puisse dire de ce projet ambitieux, mais qui a fini par devenir un projet boiteux en proie à plusieurs inconvénients qui vont contre toute réussite de ce projet.

Khaled Haddag

Check Also

Open d’été (natation).. Record d’Algérie pour Amel Melih au 50m dos

La nageuse Amel Melih (GS Pétroliers) a établi un nouveau record d’Algérie au 50m dos …