Home / Actualité / Ils étaient auditionnés hier par les services de la DGSI.. Toufik, Tartag et Saïd Bouteflika arrêtés

Ils étaient auditionnés hier par les services de la DGSI.. Toufik, Tartag et Saïd Bouteflika arrêtés

«Les deux anciens patrons des services de renseignements (DRS), les généraux Mohamed Mediène, dit Toufik, et Athmane Tartag, alias Bachir, ainsi que Saïd Bouteflika, le frère de l’ex-président, ont été arrêtés par les services de sécurité», selon des sources cités notamment par le journal en ligne TSA, et d’autres sources. Selon TSA, «Ils sont actuellement auditionnés par les services de la DGSI, dans le cadre de l’enquête sur leurs activités», qui ont été dénoncées par le chef d’état-major de l’ANP. Gaid Salah avait, en effet, accusé publiquement le général Toufik de comploter contre le «Hirak».
«J’ai déjà évoqué, lors de mon intervention du 30 mars 2019, les réunions suspectes qui se tiennent dans l’ombre, pour conspirer autour des revendications du peuple, et afin d’entraver les solutions de l’Armée nationale populaire et les propositions de sortie de crise», avait-il rappelé depuis la 4e région militaire, précisant que «ces parties, à leur tête l’ex-chef du Département du renseignement et de la sécurité, ont tenté en vain, de nier leur présence dans ces réunions, et d’induire en erreur l’opinion publique, et ce en dépit de l’existence de preuves irréfutables sur ces faits abjects».
«Nous avons affirmé ce jour là, que nous allions dévoiler la vérité, et les voici continuer à s’agiter contre la volonté du peuple, et œuvrer à attiser la situation, en approchant des parties suspectes, et inciter à entraver les solutions de sortie de crise», a-t-il lancé. Gaïd Salah avait également accusé le frère du président, sans le nommer, d’être à la tête de «la bande». Tartag pour sa part a, pour rappel, démissionné le même jour qu’Abdelaziz Bouteflika. Enfin, précisons qu’à l’heure où nous mettons sous presse, ces arrestations n’ont pas été confirmées officiellement. Nous reviendrons avec d’amples détails dans nos prochaines éditions.
A. I.

About Letemps

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …