Home / Actualité / Ils s’investissent dans le tourisme local: Les jeunes innovent

Ils s’investissent dans le tourisme local: Les jeunes innovent

Les salons du tourisme se multiplient en Algérie. Sous des thématiques diverses, le but de ces rendez-vous demeure le même : faire bouger les lignes figées du tourisme, attirer les touristes et engranger des bénéfices économiques.
Depuis quelques années, nous constatons que si l’offre se diversifie, c’est qu’une nouvelle dynamique s’est installée. En effet, de nombreux jeunes, s’installant à leur compte, ont décidé d’investir le créneau et chacun à travers les produits qu’il propose cible une niche bien définie. Profitant des réseaux sociaux, ces jeunes entrepreneurs savent qu’il y a un potentiel dans ce domaine et y mettent les moyens.
C’est un fait, l’offre touristique algérienne est diversifiée et elle cible aujourd’hui le consommateur algérien. Dans cette palette, on trouve Discover dzland, une agence de voyages qui s’est investie dans les randonnées, l’escalade, le VTT et les sports extrêmes en montagne. Randonnée Algérie prend pour prétexte des balades en pleine nature pour permettre à ses clients de s’adonner à la photographie. D’autres, à l’image d’Ingese Event, conjuguent tourisme, patrimoine et culture.
Cette entreprise propose des séjours culturels dans différentes villes du pays, en combinant des chasses au trésor dans des sites archéologigiques, des musées ou des enquêtes dans d’anciens palais, comme le Bastion 23. Les participants à ces séjours de courte durée logent dans des auberges de jeunes, comme celle de Timgad, où tout le décor est composé d’anciennes pièces du patrimoine local.
Toutes ces initiatives sont en plein développement, car la demande est bien présente, au vu des inscriptions et des échanges sur leur page Facebook. Sans compter que ces différentes formules sont proposées à des prix abordables. Bien sûr, il a été souvent cité que la faible capacité hôtelière, les prix élevés et le manque de diversité de l’offre hôtelière représentent un véritable obstacle au développement du secteur du tourisme.
Cependant, l’absence de culture touristique chez nos concitoyens le plombe davantage. L’an dernier, l’Algérie avait l’ambition de doubler le nombre de touristes provenant de l’étranger en 10 ans. L’ancien ministre du tourisme et de l’artisanat, Hacène Mermouri, tablait sur 4,4 millions de touristes internationaux en 2027, contre 2,4 millions en 2017. Hacène Mermouri avait annoncé que son département avait agréé 1812 projets de réalisation de nouvelles infrastructures hôtelières pour atteindre une capacité d’accueil à 240 000 lits, contre 100 000 lits en 2017, et permettre la création de 99 000 emplois. La création de ces emplois ne peut se faire sans l’assurance de qualifications et de formations, pour véritablement développer ce secteur.

Des auberges, chambres d’hôtes ou gîtes

Pour pallier le manque d’infrastructures, des Algériens ont développé la formule des chambres d’hôtes et de gîtes. Sur certains sites web, comme le petit fûté, on retrouve une panoplie de propositions avec des prix variables selon que l’on souhaite s’installer face à la baie d’Alger ou dans le Hoggar. Même si pour le moment, la destination Algérie n’est pas toujours recommandée par certains Etats car jugée peu sécure, Alger occupe une bonne place dans le classement des villes à visiter.
D’ailleurs, en 2017, le Routard a classé Alger dans le top 10 des destinations des Français, selon les données de réservations du site Skyscanner. Aussi, pour Voyageurs du Monde, une agence de voyage française, l’Algérie figure dans le top 10 des destinations touristiques favorites et est considérée comme «la nouvelle capitale tendance du Maghreb».

Malika Bougherara

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …