Home / Actualité / Immigration clandestine des subsahariens: 500 tentatives d’entrées illégales par jour

Immigration clandestine des subsahariens: 500 tentatives d’entrées illégales par jour

Plus de 500 tentatives d’entrée illégale sont enregistrées quotidiennement aux frontières sud du pays par les forces de l’ANP qui font face à ce fait récurent.

Un bilan qui renseigne sur l’ampleur qu’a pris le phénomène d’immigration subsaharienne clandestine vers l’Algérie. Le ministre de l’Intérieur, Nouredine Bédoui, se référant aux chiffres apportés par les forces de sécurité combinées, a révélé, ce jeudi au Conseil de la nation, que quelque «500 tentatives de migration clandestine sont enregistrées quotidiennement aux frontières sud du pays». En raison de l’insécurité et de la crise alimentaire dans la région du Sahel, des réseaux criminels sévissant dans la région encouragent de manière clandestine cette immigration. Répondant à une question d’un membre du Conseil de la nation lors de la séance plénière consacrée aux questions orales sur les mesures prises par les pouvoirs publics pour la prise en charge de ce dossier, le ministre de l’Intérieur a rappelé que l’approche de l’Algérie reposait sur le respect rigoureux des droits de l’Homme, conformément aux traités internationaux et à la législation nationale. Epinglé à maintes reprises par des ONG, notamment Amnesty International, sur le traitement des immigrés africains, Bédoui a fait prévaloir que l’Etat «est souverain» et continuera de privilégier la sécurité des citoyens et du pays. «Sur instruction du Président Bouteflika, les pouvoirs publics veillent à traiter les différents aspects inhérents à ce dossier, notamment la sécurité des citoyens et du pays. Il s’agit là d’un droit souverain, légitime et non négociable», a-t-il martelé. Sur le plan de la législation nationale, la loi interdit tout déplacement ou séjour d’étranger sur le territoire national de manière illégale. Lors des opérations de rapatriement de migrants clandestins vers leur pays d’origine, un traitement spécial est réservé aux catégories vulnérables (mineurs, femmes enceintes…), a encore expliqué Bédoui. Conformément aux traités internationaux, ratifiés par l’Algérie et à la législation nationale, en l’occurrence la loi N° 08-11 relative aux conditions d’entrée, de résidence et de déplacement des étrangers en Algérie, «les différentes institutions de l’Etat réservent un traitement humain aux migrants clandestins, lors de leur prise en charge», a-t-il observé. En tant que mesure préventive, «les pouvoirs publics, en collaboration avec les corps de sécurité combinés, notamment les forces de l’Armée nationale populaire (ANP), stationnaires sur les frontières, font face à ce phénomène, ce qui a permis de réduire le flux de migrants clandestins en Algérie», a-t-il dit. Des enquêtes avaient démontré que des réseaux criminels encourageaient l’entrée de migrants sur le territoire national, dont plusieurs avaient été démantelés. Selon lui, plusieurs parmi ces migrants clandestins étaient contraints de venir dans notre pays, en quête de sécurité, mais «des réseaux criminels organisés exploitent leur situation vulnérable». En 2014, ils sont plus de 20.000 immigrés subsahariens à être entrés illégalement en Algérie. Depuis, une centaine d’opérations de rapatriement vers leurs pays d’origine ont été organisées par les pouvoirs publics en collaboration avec le Croissant-Rouge algérien. Un camp de transit a été installé au niveau du centre de la wilaya de Tamanrasset pour faciliter les opérations. Pour endiguer le phénomène de la migration clandestine, l’exigence des conjugaisons des efforts internationaux pour traiter sérieusement cette question s’impose, d’autant que les rapports internationaux, notamment celui de l’ONU, fait état d’une crise alimentaire au Sahel, ce qui aggravera davantage la situation. D’où l’importance de remédier en urgence à cette situation, à travers la mobilisation des ressources pour aider les zones affectées.

Fella H.

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …