Home / Economie / Importation de blé: L’Algérie change de fournisseur Importation de blé L’Algérie change de fournisseur

Importation de blé: L’Algérie change de fournisseur Importation de blé L’Algérie change de fournisseur

Les céréaliculteurs de l’Indiana, au nord-est des Etats-Unis ne pouvaient pas espérer une meilleure providence que celle venue des acheteurs algériens de blé qui ont commandé des quantités jamais égalées en provenance du pays de l’Oncle Sam.

Selon l’agence de presse spécialisée dans les marchés des matières premières, Reuters, la motivation de cette commande record serait liée au prix attractif d’une qualité de blé américain, laquelle est cependant moins riche en protéines. En fait, la commande algérienne concerne, selon l’agence britannique qui a rapporté l’information hier, l’achat de 120.000 tonnes de blé de force rouge d’hiver (Hard Hed Hinter Hheat, US HRWS) utilisé pour fabriquer le pain. «Le fait que nous ayons vendu du blé à l’Algérie a capté mon attention», a déclaré Jim Gerlach, président de l’entreprise de courtage A/C Trading dans l’Etat de l’Indiana. «Ça ne fait certainement pas de mal et prouve que nous devenons compétitifs», a-t-il ajouté.
L’Algérie est connue dans le monde du blé comme étant un acheteur low-cost, et importe la majorité de son blé de France afin de prendre avantage de sa proximité pour économiser sur les frais de transports, a indiqué Reuters.
L’Algérie a acheté ce type de blé américain, avec des niveaux relativement faibles en protéines (11% ou moins), car il convient au type de farine nécessaire pour produire le style de baguette préféré dans le pays.
Le coût du blé américain HRW franco à bord (FAB) serait jusqu’à 6 dollars par tonne moins cher que les prix proposés par la France pour une livraison en janvier, a indiqué U.S. Wheat Associates, un groupe de commerce financé en partie par le département d’agriculture américain. «L’Algérie prend avantage du coût», a indiqué son porte-parole Steve Mercer. «Ce n’est pas bon pour les fermiers, mais c’est certainement bon pour les acheteurs comme l’Algérie pour qui conviendrait le blé à basse teneur protéinique», a-t-il ajouté. En Algérie, la production de céréales connaît des hausses successives. Une récolte de 35 millions de quintaux est attendue cette année, en hausse de 2 millions de quintaux par rapport à la dernière saison. Selon l’enseignant à l’Ecole nationale supérieure agronomique d’Alger (ENSA), Arezki Mekliche, l’Algérie devrait pouvoir produire environ 100 millions de quintaux/an, pour garantir une certaine autosuffisance en céréales. Toutefois, notre pays n’arrive pas à atteindre une production moyenne de 25 à 30 millions, ce qui l’oblige à avoir, sans cesse, recours aux importations, pour couvrir les besoins de la population.

Hafid M.

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …