Home / Actualité / Importation de la viande rouge exclusivement de la France: Bouazgui dément

Importation de la viande rouge exclusivement de la France: Bouazgui dément

La viande rouge qui sera importée par l’Algérie en prévision du mois de Ramadhan, ne proviendra pas «spécialement» de la France.
Une déclaration faite hier, par le ministre de l’Agriculture, et du développement local, Abdelkader Bouazgui, à l’occasion de la clôture des assises nationales de l’Agriculture, tenues du 20 au 22 avril à Alger. «L’Algérie n’importera pas spécialement de la viande rouge depuis la France pour le mois du ramadhan prochain», a-t-il expliqué à la presse, affirmant que «la France n’est pas le premier fournisseur de viande rouge à l’Algérie». Réagissant à une information rapportée par une certaine presse faisant état que «l’Algérie compte importer 3.000 tonnes de viande rouge en perspective de Ramadhan, depuis la France», le ministre a tenu à démentir cette information. «Ce qui a rapporté par la presse récemment n’est pas vrai. Il faut dire que nous importons très peu de quantité depuis ce pays», a-t-il argué, sans donner un chiffre précis. Selon lui, la production locale en matière de viande rouge couvre une majore partie de la demande du marché nationale. «La majorité de la viande bovine consommée par les algériens est d’origine locale», a-t-il avancé. Il faut savoir que la production algérienne en viande variée ne satisfait que 55% du marché national, le reste s’appuie sur l’importation.
Pour couvrir la demande accrue en viande rouge, du marché national durant ce mois sacré, et afin de casser les prix imposés par les spéculateurs, les pouvoirs publics ont décidé d’importer entre 40.000 et 50.000 tonnes de viandes de toutes variétés, y compris la viande congelée, largement consommée. Cette mesure sera prise «exceptionnellement», en dépits des restrictions du gouvernement concernant l’importation de cet aliment. Le ministre du Commerce, Said Djellab, a de son coté, assuré que l’origine du pays fournisseur importe peu. «L’importation de la viande ne concerne pas le pays fournisseur, mais plutôt le respect du cahier de charge, par l’exportateur», a-t-il indiqué hier, lors de sa réunion avec les représentants du secteur. Il a par la suite, indiqué que son département préfère importer les têtes bovines, que d’importer la viande rouge. Dernièrement, l’importation de grandes quantités de viande rouge depuis la France a créé une polémique et a suscité plusieurs interrogations. Certaines parties se sont même demandées si l’Europe compte forcer la main aux algériens, après avoir interdit l’importation de cet aliment. En Effet, à un mois du ramadhan des opérateurs européens, des français en majorité, ont effectué une visite d’affaire le 19 avril dernier, en Algérie, dans le but de faire la promotion de la viande bovine européenne et ont mené des discussions avec des importateurs algériens. Dans un communiqué rendu public, à l’issue de cette rencontre, l’UE, a qualifié le marché algérien, de «gros potentiel en matière de viande bovine, ingrédient qui demeure indispensable dans la gastronomie algérienne». «Durant le mois sacré du ramadhan, la viande demeure un aliment incontournable que l’on retrouve dans la majorité des plats», a-t-on indiqué. Une manière de contraindre l’Algérie à importer de la viande, depuis l’Europe et plus précisément de la France. L’Union européenne affirme «offrir au consommateur algérien le meilleur rapport qualité/prix, mettant à profit la proximité géographique entre l’Europe et l’Algérie pour réduire les coûts». Lors de cette rencontre, des négociations avec des importateurs algériens ont été menées, en dépits du fait que tous les types de viande (bovine, ovine ect) sont toujours interdits à l’importation, dans le cadre d’une liste en vigueur depuis 10 janvier dernier.

Fella Hamici

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …