Home / Economie / Importations de médicaments: Une nette hausse en 2018

Importations de médicaments: Une nette hausse en 2018

La facture d’importation des médicaments a nettement augmenté sur les cinq premiers mois de 2018 en se chiffrant à 922,54 millions de dollars contre 671,26 millions de dollars à la même période de 2017, en hausse de plus de 251 millions de dollars (+37,43%), ont fait savoir hier les Douanes algériennes. Durant les deux dernières années, la facture d’importation des médicaments s’est établie à 1,89 milliard de dollars en 2017 contre 2,02 milliards de dollars en 2016 (-6,4%). Sur ce plan, il faut savoir que même si l’industrie pharmaceutique nationale produit l’équivalent de deux (2) milliards de dollars actuellement, et que 80 unités productives dans le domaine pharmaceutique sont en activité au niveau national, la demande nationale en médicaments est de l’ordre de 4 milliards de dollars annuellement. Dans ce même contexte, lié à la production nationale et à son augmentation en genre et nombre afin de baisser la facture d’importation d’une part et répondre à la demande des patients qui ne cesse de s’accentuer, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Pr Mokhtar Hasbellaoui a affirmé jeudi que l’Etat veillait à assurer la disponibilité quantitative et qualitative des médicaments. «Une nouvelle base pour la production de certains médicaments au niveau local et des solutions et mécanismes à même de mettre fin au monopole dans le domaine pharmaceutique, sont prévus», a précisé le ministre. Par ailleurs, il a affirmé que l’importation et la production de médicaments en Algérie «sont soumises à des instructions strictes et l’Etat a œuvré à la promotion des médicaments génériques et l’interdiction de l’importation de ceux produits localement, ce qui a permis de porter à plus de 70 % la production de ce type de médicaments». Ces mesures ont également permis «une concurrence entre les producteurs locaux et la fin du monopole, ce qui constitue une valeur ajoutée qui a érigé l’Algérie au rang des pays exportateurs de cette matière vitale». Pour ce qui est des matières premières nécessaires à la production pharmaceutique, le ministre a indiqué que «la suspension de l’importation de ces matières est soumise à un programme étudié tenant compte des besoins nationaux conformément à un cahier des charges spécifique», réaffirmant que «l’importation de ces produits par les producteurs locaux se fait en fonction de leurs capacités financières et des besoins exprimés». De son côté, le ministère du commerce, en dépit de la hausse de la facture d’importation des médicaments, a rassuré de la continuité des importations de tous les produits pharmaceutiques. «Tout produit pharmaceutique dont l’importation est soumise à l’autorisation préalable du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière, sur la base d’un programme annuel, n’est pas concerné par la liste des suspensions provisoires à l’importation», a-t-il indiqué, ajoutant que les produits pharmaceutiques soumis à toute autorisation technique à l’importation délivrée par les administrations habilitées ne sont pas concernés par la production du document officiel attestant que ledit produit est librement commercialisé dans le pays de provenance ou d’origine.

Smail Mimouni

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …