Home / Sports / Infrastructures.. Ces installations sportives devenues la propriété des adhérents

Infrastructures.. Ces installations sportives devenues la propriété des adhérents

On ne compte plus les problèmes d’alimentation électrique, de plomberie ou encore de moisissure qui s’éternisent.

Depuis quelques temps, l’on constate que tous les quatre, voire cinq ans, une ville accueille une nouvelle construction, ce qui implique généralement une réflexion, une longue préparation et la construction d’infrastructures spécialement destinées aux sportifs, ou à un évènement. Cette initiative devrait faire augmenter le nombre de volume d’entrainement ; en revanche, il arrive souvent que c’est plutôt l’inverse qui se produit, car elles deviennent la propriété d’adhérents, ou de personnes profitant de l’espace, afin de se divertir. Les créneaux d’entraînement qui devaient être utilisés par les athlètes sont largement utilisés par les adhérents. D’autres infrastructures qui existent déjà, sont conservées, et c’est le cas de plusieurs d’entre elles, méritant une réhabilitation ou restauration ; elles n’ont, en revanche, bénéficié d’aucun usage leur permettant une meilleure évolution. Certains athlètes en souffrent, faute d’espace, alors que leurs conditions sont déplorables. On ne compte plus les problèmes d’alimentation électrique, de plomberie ou encore de moisissure qui s’éternisent.
Ces infrastructures ont malheureusement subi le même sort que celles laissées par le colonisateur. Au même titre, certaines piscines, le terrain du Golf, les courts de tennis du complexe du 05 juillet, la coupole et la salle Harcha, qui ne servent que pour des compétitions ainsi que des terrains du domaine de Bouchaoui, qui ont aussi été squattés, pour en faire des aires de jeu pour un public particulier. Sans parler des infrastructures des autres villes qui connaissent le même sort, comment expliquer qu’aucun club Algérois des sports-co n’arrive à utiliser les installations sportives se situant au niveau de la capitale ? L’OCO, ce géant Créé en 1972 par feu Houari Boumediène, lequel en a fait son quotidien et sa tasse de thé, juste pour l’honneur de l’Algérie et de ses sportifs. Celui-ci, ne semble plus être rentable comme au bon vieux temps. Ce mastodonte était appelé à résoudre le problème des entraînements et des compétitions, en vain… Pourtant, quarante sept ans plus tard, ce complexe tient encore debout par sa force et celle de ses employés. La vision dressée par les sempiternels directeurs qui se sont succédés, demeure la même, celle de le maintenir pour le développement et le progrès du sport national.
Pourquoi alors n’est-il point exploité à bon escient ? Le terrain du Golf en faisait partie. Ce qui fait mal, d’autres installations construites en dehors et après l’OCO n’ont pas fait long feu ; elles n’ont guère fait l’objet de tant de convoitises. De par leurs aspects non règlementaires, elles ont connu des vertes et des pas mûres à tout point de vue. La stratégie de partenariat de l’OCO avec ses partenaires privés ou publics se poursuit ; elle semble certes payante, mais n’est plus ce qu’elle était avant. Aujourd’hui, certaines, qui ne sont plus la propriété de l’office du complexe olympique, méritent toutefois d’être reconnues. En revanche, d’autres constructions existantes se voient utilisées par des adhérents qui payent chèrement leurs cartes. Nos piscines construites pour la performance sont devenues des installations publiques et commerciales. D’autres installations sportives, comme des salles d’haltérophilie et de culturisme, les courts de tennis, méritent également d’être signalés. Utilisées à bon escient par des extra, les jeunes tennismans ne trouvant pas le créneau idéal pour augmenter leur plan de charge se voient effectuer un travail de compensation, alors que la loi stipule que toutes les installations sportives construites depuis l’indépendance de l’Algérie, sont désormais la propriété de l’athlète…
Ahmed Chébaraka

About Letemps

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …