Home / Algérie / Intempéries à Tizi Ouzou: Bénéfiques et dangereuses premières pluies

Intempéries à Tizi Ouzou: Bénéfiques et dangereuses premières pluies

Après de longs mois de canicule avec des températures ayant frisé l’intenable, place aux premières pluies.

Ces dernières pluies qui se sont abattues sous forme d’orages marqués par des fortes averses ont déjà causé les premiers couacs. En effet, la ville des Genêts s’est réveillée hier matin «toute mouillée». Certains endroits étaient tout simplement devenus impraticables pour les automobilistes. C’est le cas à la cité 450 logements EPLF faisant face à la gare routière où la route s’est transformée, comme d’habitude, en véritable étang. Cela renseigne sur cette incurie qui revient chaque année comme pour rappeler que rien n’a été fait par les autorités afin de prévenir les conséquences des premières pluies qui sont généralement nuisibles vu le volume de charriage. Cela nécessite, en principe, la mise en place d’un programme d’intervention comme le curage des avaloirs. A la Nouvelle ville, ou ce qui est appelé comme tel, ces pluies ont généré des spectacles désolants. Le Boulevard Krim Belkacem, en face du lieudit La Tour, s’est aussi transformé en un endroit où étaient entreposés des charriages et des flaques d’eau qui se sont formées un peu partout. On déplore aussi de nombreux accidents de la circulation. Les pluies d’avant avaient déjà provoqué le dérapage d’un semi-remorque sur la RN 12, non loin de Draâ Ben Khedda, et qui a causé un interminable bouchon routier sur cette route submergée par les eaux. En principe, à l’orée des premières pluies, il devait être procédé à l’actualisation des fiches de contrôle de l’ensemble des ouvrages d’art de la wilaya ainsi que le recensement des ouvrages d’assainissement et leur état des lieux, la réouverture des fosses obstruées et le dégagement des dépôts gênant la libre circulation des eaux ainsi que la réorganisation des équipes d’intervention. Cependant, et malgré tout, ces premières pluies sont plus que bénéfiques pour le secteur agricole. Les pluies du mois de septembre augurent d’une bonne saison agricole.

Coupures d’électricité

Les pluies diluviennes accompagnées de vents violents qui se sont abattues sur toute la région n’ont pas été sans conséquences. La première étant les coupures de courant enregistrées un peu partout. D’Ath Zmenser en passant par les villages périphériques de la capitale du Djurdjura, comme Ihessanwen, Azib Ahmed, Azaghar, Bouhinoun jusqu’au sud et au nord de la wilaya comme à Boudjima, les orages ont plongé les habitants dans le noir une bonne partie de la nuit. Du coup, c’est la hantise des coupures d’électricité qui refait surface. A la moindre averse, les coupures sont inévitables. On redoute déjà ce scénario pour l’hiver. On se rappelle que l’année dernière, et pour parer aux multiples et intempestives coupures de courant qui tétanisent les habitants de plusieurs régions, les services de la Sonelgaz avaient décidé de mobiliser quelque 250 agents durant la saison hivernale pour rétablir au plus vite les coupures de courant là où elles sont signalées, et ce, 24/24 et toute la semaine. Ces agents ont été dotés des moyens matériels nécessaires pour de telles interventions et ont été dispatchés sur les cinq districts que compte la Sonelgaz à travers la wilaya de Tizi Ouzou.

Brahim B.

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …