Home / Sports / JM d’Oran 2021 Le grand défi

JM d’Oran 2021 Le grand défi

Cette compétition interviendra donc, une année après la plus grande manifestation de la planète prévue en 2020.

Beaucoup estiment que la prochaine édition des Jeux Méditerranéens qui se tiendra en Algérie et plus précisément à Oran en 2021, se profile à l’horizon. Elle se représente non seulement comme un rendez-vous important pour les athlètes du bassin méditerranéen, mais aussi un défi à relever pour le sport algérien à la recherche de son standing. Cette compétition interviendra donc, une année après la plus grande manifestation de la planète prévue en 2020 à Tokyo au Japon, et trois années avant celle de 2024 qu’organisera la capitale Française (Paris), une opportunité inouïe pour mieux entreprendre les deux compétitions. Le premier responsable du secteur Mohamed Hattab n’arrête point de nous lancer que ce sera la véritable relance du sport national lequel, peine à retrouver ses marques. Pour lui, «L’Algérie s’engage à tout mettre en œuvre pour la réussite de cette manifestation importante pour les athlètes de la Méditerranée, soit, trois années avant le déroulement des JO de Paris». Il a aussi mis en avant la nécessité de conforter les recommandations de la convention mondiale du sport. En revanche, la réhabilitation de certains sites de compétition et le nouveau complexe de la ville d’Oran nous poussent à croire que cette ville sera à l’honneur le jour «J». D’ailleurs un budget a été spécialement alloué à cette occasion et l’on s’attelle à tout mettre en place pour que lors de la première journée, la ville soit fin prête. Le wali d’Oran avait déclaré que toutes les conditions étaient réunies pour que «La prochaine édition des Jeux méditerranéens soit une réussite».

Réhabilitation de sites
Par ailleurs, il est prévu également de procéder à la réhabilitation, ou tout au moins à la mise à niveau des infrastructures sportives existantes, à l’image, par exemple, de la piscine olympique de M’dina J’dida ou du club de tennis de St-Hubert. Le wali d’Oran avait lancé le pari que toutes ces infrastructures seront prêtes avant la date butoir, de manière à ce qu’il n’y ait pas d’embûches ni de travaux bâclés. Il est à noter que la ville d’Oran se transforme de jour en jour, au gré des chantiers lancés un peu partout. Elle compte plusieurs hôtels de standard international comme le Sheraton, le Four Points, le Méridien, l’hôtel Royal et la chaîne Ibis. D’autres hôtels du même standing devraient être livrés avant 2021. Toujours concernant les chantiers en prévision de cette grande manifestation, Même son de cloche chez le ministre de la Jeunesse et des Sports, qui a déclaré qu’Oran avait «tous les atouts pour faire de ce rendez-vous sportif une totale réussite». C’est surtout au niveau de la commune de Bir El Djir (Oran-Est) que les travaux s’effectuent. Un gigantesque stade olympique, d’une capacité d’accueil de 40 000 places, est en cours de réalisation. Le chantier tire quasiment à sa fin, avec un taux d’avancement atteignant les 90%. Il devrait être livré avant la fin de l’année. Il est aussi question d’un village méditerranéen pour accueillir les milliers de sportifs de diverses nationalités.

Satisfaction des responsables du CIJM
L’on se rappelle que les responsables du CIJM des Jeux Méditerranéens venus inspecter les sites de compétitions, étaient entièrement satisfaits par l’ensemble de nos infrastructures, au moment où le ministre de la jeunesse et des sports, parle d’un séreux défi à relever, vu l’importance des travaux qu’ils nécessitent. En tout cas, les premières impressions des membres de la commission technique du CIJM, et ce, pour leur première mission à Oran, plaide largement en faveur des organisateurs algériens. Mieux, ce comité s’attend à ce que tout soit fin prêt en matière de sites de compétition, d’entraînement et d’hébergement, avant une année ou plus du coup d’envoi des JM programmés lors de l’été 2021. En somme, et au point de vue historique, la ville sera aussi prête. Elle compte déjà 260 grottes préhistoriques et plusieurs sites de ruines, notamment d’anciens villages berbères (à Misserghine), ou encore des ruines romaines à Portus Manus (Bethioua). Mais encore, Oran compte plusieurs bunkers, construits dans les années 1940 pour mettre à l’abri la population locale des bombardements aériens. Enfin, Oran a aussi son palais du bey, dont les travaux de restauration ont été confiés à une entreprise turque, la même qui a réhabilité la mosquée du Pacha. En outre, il y a la fameuse promenade Ibn Badis (ex-promenade de L’étang) qui, pour beaucoup, est considérée comme le «bijou» d’Oran, avec ses dizaines d’espèces d’arbres et ses belles allées dont la vue donne sur le port d’Oran.

Le défi de la performance
Le grand défi de la ville d’Oran ne se limite pas uniquement sur les deux aspects (Organisationnel et historique), il sera également question de performance. Les athlètes Algériens sont avertis, ils comptent à travers cette compétition améliorer leurs records, notamment en termes de podiums. Des performances des différentes éditions tenues depuis la création de ces joutes, restent complexes, une opportunité de les améliorer à Oran. Le record de médailles est estimé à onze en or et autant en argent et en bronze, les JM d’Oran deviennent une obsession pour nos athlètes. En somme, un moyen pour les responsables du sport, une manière aussi de mettre nos athlètes dans les meilleures conditions. Tout récemment le ministre de la jeunesse et des sports Mohamed Hattab, a pris la sage décision d’installer l’ancien nageur Salim Ilès comme directeur du complexe des sports d’Oran, l’ex-champion connaît les «désirata» des athlètes. Il sera d’une grande utilité en termes d’entraînements, nos athlètes vivront au rythme de la compétition dès leur retour des Jeux Olympiques de Tokyo, une continuité qui se traduit comme une logique inévitable, elle devra donner satisfaction. Certaine disciplines se sont déjà assignés les JM d’Oran comme principal objectif, faisant abstraction des JO de Tokyo, une vision positive sachant que la barre du Japon sera montée très haut.
Ahmed Chébaraka

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …