Home / Sports / JO: Combien coûte une médaille Olympique ?

JO: Combien coûte une médaille Olympique ?

Combien coûterait une médaille aux Jeux Olympiques, c’est du moins la question que posent certains acteurs du sport algérien. Mais avant de parler du coût, il serait préférable de connaître le budget destiné au sport, lequel, serait largement insuffisant en rapport avec les autres secteurs.

Il est intéressant de s’interroger aussi sur les principaux éléments qui permettent aux diverses nations de faire monter des athlètes sur le podium. Or, des économistes se sont justement penchés sérieusement sur la question, en analysant les résultats des six Jeux olympiques d’été entre 1992 et 2012. Il faut une dizaine d’années pour former un athlète de haut niveau.
Un sportif de niveau mondial (femme ou homme) et qui s’entraîne pour une carrière dans un sport d’élite, coûtera une petite fortune à ses parents, une grande à l’état et si ces derniers l’encouragent dans sa vocation, il pourra atteindre ses objectifs.
L’administration Algérienne du sport en sait quelque chose, puisque c’est elle qui décide de la somme qu’il faut pour aider l’athlète à se conformer au rythme mondial. Hormis les sponsors, une médaille Olympique coûterait jusqu’à 35 000 dollars par an parfois plus, cela dépendra du nombre de compétitions de préparation, du lieu où il réside par rapport à celui de l’entraînement.
Bon nombre assume les coûts de l’équipement et des cours, des cotisations à des organismes sportifs, des déplacements pour les championnats et l’altitude qui parfois coûte beaucoup d’argent.
D’autres chercheurs algériens en termes de performance et de médical, estiment aussi, «qu’il faut une douzaine d’années, ce qui équivaudrait à trois cycles olympiques en moyenne pour former un athlète de niveau mondial, plus on s’approche des Jeux, plus la facture gonfle. En vérité on parle d’au moins 20 000 ou 25 000 dollars par année en moyenne, en dehors des études, des chiffres conservateurs revus à la hausse, puisque des aléas provoquent parfois une nécessité de surplus d’argent».
La logique fait que les athlètes d’excellence qui aspirent aller aux Jeux olympiques sont sélectionnés par leurs fédérations nationales, ils entrent dans une nouvelle dimension économique financièrement soutenus par l’état. Ils peuvent également obtenir des bourses, des commandites privées, leurs parents n’ont plus besoin de délier les cordons de la bourse.

Des coûts variables

Beaucoup d’athlètes Algériens ont coûté plus, d’autres moins, selon des objectifs et de la dimension de leur compétition finale. Certaines sont plus dispendieuses que d’autres, à cause des équipements à déplacer et à entretenir. Les sports équestres, la voile ou l’aviron, qui peuvent avoir des coûts de préparation plus importants, sont séparées des autres, surtout lorsque le lieu d’entraînement n’est pas propice. En revanche, ce sont parfois les parents de jeunes sportifs qui doivent souvent rémunérer des opérations comme celles liées aux physiothérapeutes, massothérapeutes, nutritionnistes, psychologues. Les sports d’équipe nécessitant peu, ou pas d’équipement (handball, volley-ball, basket-ball, Waterpolo)… sont les plus abordables, sauf que leur nombre est plus important. A vingt cinq mois des prochains Jeux Olympiques de Tokyo, on n’en est pas encore là. Une médaille coûte en effet des sommes faramineuses, mais il serait hasardeux d’avancer un quelconque chiffre, lorsque l’on sait que plusieurs fédérations n’ont pas encore perçu la totalité de leur subvention.

Ahmed Chébaraka

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …