Home / Actualité / Journée mondiale du livre: Pas de festivités en Algérie

Journée mondiale du livre: Pas de festivités en Algérie

Hier, la journée mondiale du livre et du droit d’auteur est passée inaperçue. Sur le site du ministère de la culture, on ne voyait ni information à ce sujet ni message du ministre.

La journée mondiale du livre a été, hier, une nouvelle occasion de nous rappeler que la lecture n’est pas importante pour ceux qui sont sensés l’encourager. Ce lundi, même les librairies qui organisent régulièrement des rencontres avec les auteurs et les vente-dédicaces ont oublié de célébrer cette journée comme il se doit. Ni les petits ni les grands éditeurs, ni les gestionnaires du domaine de l’édition au niveau national n’ont pensé organiser des manifestations ni proposer des ventes de livres avec des remises à cette occasion. L’institut culturel espagnol d’Alger s’est toutefois démarqué en organisant un riche programme durant cette journée mondiale du livre qui coïncide avec l’anniversaire du décès du grand écrivain Cervantes, le 23 avril 1616. L’institut français d’Algérie semble avoir omis cette célébration puisqu’il a programmé, hier soir, une conférence sur l’exploitation des ressources des mers. A notre connaissance, aucun syndicat du livre ou des libraires ni aucun éditeur n’a pensé à saisir cette occasion pour organiser une exposition une rencontre ou une quelconque activité liée au livre. La page facebook de l’imprimerie Mauguin de Blida qui garde sa bonne place depuis plus de 160 ans d’existence semble également avoir oublié l’événement, pourtant cette page est l’une des mieux animées du domaine culturel. Toutefois, on ne sait pas s’il y a eu une activité au niveau de la légendaire librairie Mauguin qui garde son légendaire siège à Place Ettout à Blida.

Le livre, c’est toute l’année

On ne sait pas pourquoi le ministère de la culture n’a pas donné une importance à cette journée mondiale alors que tout un programme est tracé pour le mois du patrimoine. En tous cas, cet oubli de la part des gestionnaires de notre culture nous rappelle que malgré les efforts qui sont faits ces dernières années, notamment lors des diverses manifestations tels que le salon international du livre d’Alger ( SILA) et la fête de la lecture, beaucoup reste à faire pour rapprocher les algériens du livre et leur faire aimer la lecture. Ces efforts sont constatés puisqu’on a vu ces derniers temps la réouverture d’ancienne librairies et la création de nouvelles à travers l’ Algérie, bien qu’il y a toujours un grand manque. Les libraires, les éditeurs et les imprimeurs trouvent encore des difficultés, ce qui se répercute sur le prix du livre qui est toujours cher. Le livre en Algérie ne rapporte pas gros comme on pourrait le croire surtout à son auteur. Des débats doivent être ouverts à ce sujet afin de trouver les solutions idéales. Enfin, la journée mondiale du livre ne dure qu’une journée, mais il y a toute l’année pour y penser.

Bari Stambouli

About Armadex

Check Also

Leur conférence de demain peut-être une chance pour une sortie de crise.. Les démocrates au rendez-vous avec l’histoire

L’ensemble des syndicats autonomes de différents secteurs «ont déjà confirmé leur présence», selon des sources …