Home / Algérie / La baguette de pain passe à 15 DA !: Les boulangers défient l’Etat

La baguette de pain passe à 15 DA !: Les boulangers défient l’Etat

Bien que le prix du pain soit fixé officiellement par décret, les boulangers ont fait fi de cette réglementation et décident unilatéralement d’une augmentation de 5 dinars par baguette.

La décision a été annoncée et appliquée depuis hier par le Club des artisans boulangers. Désormais, le consommateur va payer son pain normal à 15 DA au lieu de 10. Ceci va certainement susciter de la colère et un rejet étant donné que la farine destinée aux boulangers reste subventionnée par l’Etat.
Il faut dire que cette information est tombée comme un véritable couperet, mettant devant le fait accompli les services de l’Etat et les consommateurs. Depuis hier, les boulangers du pays ont commencé donc à appliquer cette nouvelle tarification sans l’accord préalable du ministère du Commerce, seul habilité à entériner ce genre de décision. Il faut dire que cette augmentation était déjà prévisible. En effet, depuis quelque temps, les boulangers faisaient pression pour augmenter le prix de la baguette de pain, jugeant que la subvention de l’Etat sur la farine panifiable était insuffisante. Selon les boulangers, cette demande d’augmentation est motivée par la hausse généralisée des prix des intrants notamment. S’exprimant, hier, à la chaîne de télévision Dzair TV, le président du Club des artisans boulangers, Faouzi Bahiche, a tiré la sonnette d’alarme sur la situation des boulangers en Algérie. Selon lui, des centaines de boulangers ont été obligés de baisser rideau à cause des pertes liées à cette activité considérée non rentable. «Le système de subvention de la farine est défaillant. Il ne profite ni aux citoyens ni aux boulangers, mais plutôt aux acteurs de l’informel», a-t-on signalé, avant d’enchainé sur la qualité du pain subventionné, soulignant que la quantité de la farine offerte par l’Etat aux boulangers est limitée, engendrant du coup la production d’un pain médiocre. «Pus de 3 millions de baguettes de pain sont jetées quotidiennement à cause de leur mauvaise qualité. Les boulangers ne peuvent pas offrir un pain de qualité au prix de 10 DA», a tenu à ajouter le président du club des boulangers. Sur ce point, Faouzi Bahiche a fait savoir également qu’il ne faut pas oublier que les prix des matières premières ne font qu’augmenter. Cette hausse des prix de 5 dinars pourra sauver, selon lui, des milliers de boulangers de la faillite certaine. Ces deux dernières années, on apprend que plus de 5000 boulangeries ont cessé leur activité à cause de cette politique de subvention. Dans les textes réglementaires, le prix est fixé pour le pain dit «amélioré» à 8,50 dinars, alors qu’il est cédé avant la nouvelle tarification à 10 DA, mettant à l’épreuve les structures de l’Etat chargées de faire respecter et contrôler les prix de vente. M. Bahiche a avancé que le prix réel du pain est de 11,50 DA, sans compter les autres charges auxquelles font face les artisans boulangers.

La qualité en question

Pour sa part, le président de l’Association nationale des commerçants algériens (Anca), Elhaj Tahar Boulnouar, a considéré que cette augmentation était une «vieille revendication des boulangers». Il estime ainsi qu’une hausse des prix permettrait de recourir aux farines mixtes et améliorer la qualité du pain.
Cependant, cette amélioration de la qualité du pain engendrera une hausse du prix de la baguette. Il considère également que si le prix de la baguette n’atteint pas 15 DA, les boulangers risquent de fermer boutique et mettre au chômage des milliers d’employés. En outre, il met en garde que dans le cas où la solution d’augmenter le prix du pain est refusée par le ministère du commerce, les boulangers seront amenés à réduire le poids de la baguette de 250 à 200 grammes, au détriment du consommateur.

Radia Choubane

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …