Home / Economie / La filière agrumicole se désorganise: Maigres résultats à l’export

La filière agrumicole se désorganise: Maigres résultats à l’export

En raison d’un manque d’organisation dans cette filière et de lacunes en matière des normes exigées par le marché mondial, les exportations algériennes en agrumes ont connu une baisse en 2017, a affirmé un responsable de l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (ALGEX).

Intervenant lors d’une journée consacrée aux potentialités et perspectives d’exportation des agrumes, le secrétaire général d’Algex, Hocine Boubtina, a indiqué que les exportations des agrumes se sont établies à 20.304 dollars en 2017 contre 42.921 dollars en 2016, précisant que les principaux clients sont les pays du Golfe. Par catégorie, les exportations d’oranges ont totalisé un montant de 10.589 dollars en 2017, soit 52% du total des exportations algériennes en agrumes. Les exportations de mandarines se sont chiffrées à 8.351 dollars, alors que celles du citron ont été de 1.279 de dollars, a-t-il détaillé lors de cette rencontre organisée par Algex en collaboration avec l’Association professionnelle agricole des agrumiculteurs de la wilaya d’Alger (Apaawa). Le Qatar est le premier client de l’Algérie en matière d’agrumes avec une valeur de 8.943 dollars (44% des exportations), suivi des Emirats arabes unis avec 6.133 dollars (30%) et d’Oman pour 5.104 dollars (25%). Les participants à cette rencontre ont relevé l’importance socio-économique de la filière de l’agrumiculture et la nécessité du passage de cette filière, basée sur le marché local, à une dynamique axée sur l’avantage comparatif et orientée vers l’exportation. Selon Boubtina, cette baisse des exportations témoigne de l’existence de contraintes en citant le manque d’organisation au niveau des professionnels de la filière, l’absence d’une visibilité sur les capacités d’exportation et la nécessité de répondre aux normes internationales. Evoquant le marché mondial, il a précisé qu’en termes de quantité, les exportations mondiales d’agrumes ont atteint 16,63 millions de tonnes en 2016 et dont l’Espagne est le premier exportateur mondial avec une valeur exportée de 3,5 milliards de dollars, soit 25,8% de l’offre mondiale de ce produit. Pour sa part, le Directeur du service agricole de la wilaya d’Alger, Bouaziz Naoui, a présenté un état des lieux de secteur agricole dans cette wilaya, en soulignant qu’elle possède une superficie agricole globale de 32.526 ha dont une superficie agricole utile de 28.870 ha. Dans cette wilaya, l’agrumiculture occupe une superficie agricole de 5.730,6 ha, soit 17,62% de la superficie agricole totale de la wilaya d’Alger. La production agrumicole a été estimée à 1.005.045 quintaux (qx) en 2017 contre 962.340 qx en 2016. Pour Naoui, le produit algérien est apprécié à l’étranger et il s’agit de s’organiser et d’accompagner les exportateurs des agrumes. De son côté, le président de l’Apaawa, Ali Salmi, a appelé à plus de concertation entre les différents acteurs afin de promouvoir les exportations des agrumes. Pour sa part, le directeur de l’Institut Technique de l’Arboriculture Fruitière et de la Vigne (ITAFV), Rabhi, a évoqué les contraintes portant sur le foncier, la faible intégration des différents segments de la filière, l’insuffisance de concertation entre les acteurs et opérateurs en amont et en aval de la filière et la mauvaise gestion des ressources hydriques. Il s’agit également de vieillissement du verger d’agrumes qui est caractérisé par une faible cadence de renouvellement des plantations avec un niveau de productivité inférieur au seuil de rentabilité économique normative de 30 à 40 tonnes/ha.

A. Mohamed

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …