Home / Actualité / La société civile parvient à un consensus et maintient sa conférence au 15 juin.. Tout pour une sortie de crise

La société civile parvient à un consensus et maintient sa conférence au 15 juin.. Tout pour une sortie de crise

«Nous sommes parvenus à un consensus après avoir rapproché les visions entre les trois dynamiques. L’annonce officielle du plan de sortie de crise sera faite le samedi 15 juin».

Voilà une société civile qui avance malgré toutes les divergences. Le Collectif des dynamiques de la société civile est parvenu à un consensus autour de la feuille de route de sortie de crise à présenter lors d’une conférence qui se tiendra ce samedi 15 juin à Alger. Le rendez-vous est finalement maintenu à sa date après les risques de report qui planait sur lui, à cause des écarts qui séparaient les trois composantes : le Collectif de la société civile pour la transition, le Collectif des syndicats algériens (CSA) et le Forum civil pour le changement. «Nous sommes parvenus à un consensus après avoir rapprochés les visions entre les trois dynamiques. L’annonce officielle du plan de sortie de crise sera faite le samedi 15 juin», nous a déclaré, hier, Sadek Dziri, président de l’Unpef. Les animateurs de l’initiative se sont réunis mardi jusqu’à tard dans la soirée.
C’était un défi pour eux d’arracher ce fameux consensus après l’échec de la réunion du 8 juin dernier où ils s’étaient séparés sur des divergences qui pouvaient hypothéquer la tenue de la conférence. Leur détermination est donc venue à bout de tous ces obstacles, comme il nous le confirme Sadek Dziri. Joint par nos soins, le syndicaliste explique : «Nous sommes décidés à poursuivre ensemble le chemin et nous allons continuer sur la même voie jusqu’à une sortie de crise». Quant aux divergences, de taille, faut-il l’admettre, puisqu’un courant voulait accélérer la tenue d’une présidentielle tandis qu’un autre insistait sur la nécessité de passer par une Assemblée nationale constituante, les animateurs ont essayé de trouver les formules qu’il faut.
«Nous avons débattu longuement jusqu’au point d’arriver à des compromis, avec des formules et des concepts qui arrangent toutes les sensibilités au sein des dynamiques et je crois que c’est un pas très important», affirme sur ce plan Dziri, refusant de donner plus de détail sur les points de convergence. Pourtant, notre interlocuteur admet qu’«il y a de grands axes» sur lesquels doit s’articuler la feuille de route qui sera dévoilée le 15 juin. Ainsi, tout le monde est d’accord sur «le passage par une période de transition qui soit suffisante pour préparer le climat adéquat au retour rapide vers processus électoral», précise-t-il. Le Collectif de la société civile pose, en outre, «le départ inconditionnel des 2B» comme préalable à l’application de son plan, considérant Abdelkader Bensalah et Noureddine Bedoui comme des figures du régime Bouteflika, responsable de la crise. S’ajoute aussi l’installation de la commission indépendante d’organisation des élections, conclut le président de l’Unpef qui assure de «la finalisation de la vision commune».
Reste juste la mouture finale qui sera rendue public après demain. D’ailleurs, les initiateurs ont déjà entamé l’aspect technique de ce rendez-vous qui rassemblera plus de 300 participants, en se penchant sur le lieu, l’aspect organisationnel et les invités. Des commissions ont été installées à cet effet. Quant au lieu de la tenue de la Conférence, le choix s’est porté sur la Safex dont la direction a déjà été sollicitée et «a donné son accord de principe», selon notre source. Mais, tout dépendra de la réponse que réservera la Direction de la réglementation et des affaires générales (Drag) de la wilaya d’Alger à cette demande. A défaut d’une autorisation, les organisateurs se regrouperont au siège du Cnapeste à Alger qui a déjà abrité plusieurs de leurs rencontres. «Cette conférence nous la tiendront quelles que soient les conditions. Si la Drag nous rejette la demande, le siège du Cnapeste nous accueillera», insiste Sadek Dziri.
Aïssa Moussi

About Letemps

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …