Home / Société & Region / L’ADE de Chlef rassure : «L’eau du robinet est sans risque pour la santé»

L’ADE de Chlef rassure : «L’eau du robinet est sans risque pour la santé»

«L’eau du robinet qui arrive de la station de dessalement d’eau de mer de Maïnis, distribuée via les réseaux publics de l’ADE à travers les 32 communes de la wilaya, et soumise quotidiennement à tous les contrôles et les analyses exigés par la loi, selon les normes de l’Organisation mondiale de la santé, elle est parfaitement saine, potable et de bonne qualité».

L’eau du robinet, qui a soulevé les craintes de certains citoyens, redoutant la non-potabilité de cette eau, est parfaitement potable est ne présente aucun risque pour la santé, a rassuré une responsable du laboratoire de l’Algérienne Des Eaux (ADE) de la wilaya de Chlef. «L’eau du robinet qui arrive de la station de dessalement d’eau de mer de Maïnis, distribuée via les réseaux publics de l’ADE à travers les 32 communes de la wilaya, et soumise quotidiennement à tous les contrôles et les analyses exigés par la loi, selon les normes de l’Organisation mondiale de la santé, elle est parfaitement saine, potable et de bonne qualité», a déclaré la même source.
«L’eau n’est injectée dans le réseau de distribution que si elle répond à toutes les normes universelles de potabilité», a-t-elle encore assuré. La station de dessalement d’eau de mer est équipée d’un laboratoire qui fonctionne H24 et l’eau est traitée à toutes les phases surtout à la phase de sortie. Cela en plus d’un contrôle effectué par l’acheteur, l’ADE en l’occurrence. Le contrôle se fait de manière permanente, de jour comme de nuit, et l’eau qui sort de la station est d’une qualité irréprochable, d’après les nombreux tests effectués par des laboratoires.
Selon les responsables du secteur, l’eau de mer est chauffée à 120 °C dans des conduits.
Elle est ensuite envoyée dans un container à faible pression. L’eau est alors immédiatement transformée en vapeur par détente appelée «Flash». La vapeur résultante va entrer au contact des premiers conduits dans lesquels passe l’eau de mer. Ces conduits, froids, vont alors provoquer la condensation de cette vapeur qui est alors récupérée à l’état aqueux. L’eau est ensuite pompée à haute pression vers un troisième système de filtrage ultraphase (la microfiltration). L’eau devient à ce niveau propre et pure. Puis elle arrive dans le bâtiment d’osmose inverse qui comprend neuf trains de dessalement (un train reste en stand-by). Chaque train peut produire jusqu’à 25.000 m3 d’eau dessalée pour une capacité maximale de la SDEM de 200.000 m3. L’osmose inverse consiste à faire ressortir le sel de l’eau à une pression de 60 bars.
Les minéraux sont séparés des petites particules de molécules de sel. Quand l’eau salée traverse une membrane très fine, le sel est retenu. Les 183.000 m3/j alimentent le chef-lieu et ses localités par un système de pompage et les 17.000 m3/j destinés pour Ténès et ses localités par un système gravitaire. «L’eau passe, donc, par plusieurs phases et ce pour satisfaire les besoins des habitants de toutes les localités à travers lesquelles la conduite de l’ADE est installée. Il s’agit de la station de pompage de Ténès, le réservoir 2×30.000 m3 de Ténès, le réservoir 2 x 30.000 m3 d’El-Kherba ainsi que le réservoir 2 x 10.000 m3 de Chlef.» La même responsable a déclaré que «l’eau desservie par l’ADE est de bonne qualité et qu’elle est potable. En fait, l’eau des robinets est beaucoup plus sûre que celle commercialisée par les colporteurs, car elle est contrôlé en amont et en aval.» Signalons, toutefois, que le nombre des colporteurs a considérablement baissé au niveau de la commune du chef-lieu de wilaya.
A. Ali

Check Also

Dilapidation de deniers publics à la maternité de Sidi Bel-Abbès.. Le procès reporté

Le procès de dilapidation de denier public à la maternité de Sidi Bel-Abbès, qui devrait …