Home / Arrêt sur image / Langue de bois oblige…

Langue de bois oblige…

En attendant de voir plus clair, faut meubler. Et qui dit meubler pense à garnir, ornementer, par exemple, des listes des prochaines présidentielles, avec du bois local peinturluré national. A cet effet, les bûcherons du mensonge, les menuisiers de la tromperie et les ébénistes de la forfaiture, font déjà feu de tous bois. Usant d’une langue connue pour son sens démagogue, ils ne cessent de nous prendre pour des imbéciles, au mieux pour des naïfs. Devons-nous croire, encore une fois, qu’un perdreau de l’année sortira du chapeau, de l’urne funéraire de nos espoirs rabotés ? Ça craint la déforestation, langue de bois oblige… On entend déjà le rabot de l’austérité, alors que des milliards vont couler à flots pour des présidentielles, étouffées par les visées mercantiles, et les promotions tribales qui s’y rattachent. La Haute instance indépendante de surveillance des élections aura beau s’époumoner, ses volées de bois vert se heurteront aux réflexes du nomadisme politique, de la manipulation et de la surenchère. C’est ce qui nous attend, tant que le préposé au cinquième mandat n’a pas encore décidé. Pourtant, toutes les forces vives de la nation, entre armée, chefs d’entreprises, syndicats et, bien sûr, partis ayant une véritable assise, n’aspirent qu’à la stabilité. Et les candidatures déclarées, au nombre de quatre, avec des «motivations» bien distinctes, ont un dénominateur commun : le manque, pour ne pas dire l’absence, d’envergure et de charisme ! Encore faut-il qu’ils aient la possibilité de franchir la toute première étape, celle de la collecte des 75.000 parrainages d’électeurs, comme le stipule la loi portant code électoral. Mais bon, pour au moins deux parmi le quatuor, la motivation principale ne dépasse pas le souci médiatique, eux qui ont pris un malin plaisir à se distinguer par des sorties hilarantes, ayant grandement participé à la déchéance de la scène politique nationale. La conviction civique, la conscience politique, c’est du bouillon pour les morts. D’ailleurs, chercher un programme sérieux et rationnel chez les candidats en lice, et même ceux à venir, équivaut à chercher une chevelure sur le crâne d’un chauve. Il est vrai que chacun brocardera les mandats estampillés «Bouteflika», que les différents protagonistes feront du petit bois sur le dos des différents gouvernements, des ministres etc.…. Les uns scieront la branche sur laquelle leur voisin de parti (…) est assis, les autres feront des bûchettes, en comptant sur d’éventuels soutiens quand tous, dans un ensemble étonnant, aimeront à faire des étincelles à coups de phrases assassines. En fait, tous sont d’accord pour, après ces élections, devenir des loups, guettant les budgets au coin du bois. Entre temps, les discours pompeux et populistes joncheront le sol de leurs copeaux. La haine volera au gré des vents, dépendants d’une météo partisane, au jour le jour. Quant au «t’menchir», il profite déjà des querelles en sirotant une tisane à l’ombre des fruits du chêne, les glands. Oui, ramasser des glands est chose facile en cet automne, où la sciure alimente le bûcher incandescent de la politique, de l’économie ou de la culture. A ce propos, ce «t’menchir» manque d’humour, dans une société qui sort pulls et vestes dès que la température descend à moins de 25°. Manque cet humour grinçant et bien construit qui, sans faux fuyant, vaut tous les discours guindés. Des répliques percutantes, de bons mots bien salés et poivrés, auraient mis KO tous les conformismes et toutes les bêtises de cet environnement disgracieux. Prévoir l’imprévisible, l’absurde requiert un arc et une flèche. La subtilité fait alors le reste, face aux ambiguïtés de toutes sortes. Et si la cible a l’intelligence d’en rire, c’est tout bénef. Ça n’est pas le cas, aujourd’hui, où il en est qui refont surface, tels des saules pleureurs, en ressortant la langue de bois des années du socialisme «spécifique»…

M.N

Check Also

Bois-mort patriotique…

Avant le 16e vendredi, il y a eu le jeudi au soir, annoncé comme discours …