Home / Culture / L’artiste peintre Ouiza Achab «Je peins ce que je ressens»

L’artiste peintre Ouiza Achab «Je peins ce que je ressens»

Rencontrée lors d’une exposition collective à la galerie Aicha Haddad, Ouiza Achab se caractérise par sa peinture chamarrée où suintent cette tristesse et lassitude. Sa palette aux tons rayonnants ne voile pas ce mal être et spleen qui émanent de ses thématiques. Ses compositions se déclinent dans une profondeur de réflexion et d’analyse. D’une sensibilité à fleur de peau, Ouiza Achab appréhende des sujets d’actualité comme la condition féminine qui la préoccupe ainsi que les problèmes sociaux qui minent notre société. Gardant espoir en l’Homme et en sa dimension humaine et altruiste, la talentueuse artiste espère des lendemains meilleurs. Dans cet entretien express, elle évoque sa peinture qui interpelle et par laquelle, elle exorcise son affliction et sa souffrance.

Le temps d’Algérie : Pouvez nous dire ce que vous apporte la peinture et quels sont les sujets qui vous inspirent ?
Ouiza Achab : Je peins ce qui me touche et ce que je ressens dans mon cœur. Quand l’archaïsme ne suscite pas de débats dans une société, il faut interpeller et c’est le rôle primordial d’un artiste.

Votre peinture interpelle et invoque la réflexion. Pourquoi ce choix thématique ?
Ma peinture invoque à la réflexion et interpelle. Cela est dû à un malaise qui ne dit pas son nom et qui est ressenti plus particulièrement par les femmes.

Votre palette n’est pas sombre, pourtant vous abordez des sujets qui évoquent des inquiétudes et des problèmes sociaux. Qu’en pensez- vous ?
Permettez-moi d’abord de vous répondre par une question : une femme triste n’a-t-elle pas le droit de se maquiller ? Ainsi, mes toiles sont colorées et enjouées, mais la thématique est sombre.

Votre peinture traduit un mal-être et un spleen. A quoi cela est dû ?
Heureusement pour moi, et comme nous vivons en société, il y a toujours ces quelques êtres avec lesquels on partage les mêmes valeurs… A chacun sa façon de faire son constat. Pour ma part, le constat se termine au bout du pinceau.

Quel est votre style de peinture de prédilection ?
J’apprécie le semi-figuratif et également l’abstrait, vu que tous deux ont leurs secrets. J’aime l’impressionnisme et l’expressionnisme. Actuellement, je vais vers le contemporain dans ma peinture.

Quels sont vos artistes préférés algériens et étrangers ?
Les artistes algériens que je préfère sont M’hamed Issiakhem, Hocine Ziani, Moussa Bourdine et Mustapha Nedjai. Concernant les étrangers, Otto Dix, plasticien allemand fondateur de la nouvelle objectivité et Ernest Pignon-Ernest, plasticien français initiateur de l’art urbain en France.

K. A.

Check Also

2e Colloque de la Palestine du roman arabe.. Amine Zaoui parmi les invités

Le romancier algérien Amine Zaoui sera parmi les invités, aux côtés d’une élite d’hommes de …