Home / International / Le Hamas et l’OLP rejettent le plan américain.. La Palestine n’est pas à vendre

Le Hamas et l’OLP rejettent le plan américain.. La Palestine n’est pas à vendre

Les deux principales organisations politiques palestiniennes, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et le Hamas, disposant toutes deux d’une branche militaire, ont rejeté ce 23 juin la proposition du gendre de Donald Trump, Jared Kushner, concernant des projets économiques de grande envergure constituant le premier volet du plan de l’administration américaine pour la paix au Moyen-Orient. Hanane Achrawi, membre du comité exécutif de l’OLP, a déclaré que «les promesses du mari d’Ivanka Trump étaient ‘abstraites’», rappelant qu’une résolution du conflit ne pourrait se faire qu’à travers une solution politique. De son côté, le Hamas, organisation classée comme terroriste par plusieurs pays comme les Etats-Unis ou Israël, mais aussi par l’Europe, s’est contenté de préciser, par la voix d’un porte-parole, Ismail Rudwan, cité par Reuters : «La Palestine n’est pas à vendre !». Sur Twitter, Hanane Achrawi a appelé à «commencer par lever le siège de Ghaza [et à] empêcher Israël de voler notre argent et nos ressources ainsi que nos terres». Elle a ajouté qu’«il faudrait plutôt donner aux Palestiniens la liberté de mouvement et le contrôle sur [les] frontières, l’espace aérien et les eaux territoriales», en référence au blocus qui pèse depuis juin 2007 sur la bande de Gaza, cette enclave de 360km² coincée entre Israël et l’Egypte le long de la Méditerranée. Ce blocus, aux lourdes conséquences humanitaires, avait été décidé après que le Hamas a pris le contrôle du territoire suite aux législatives de 2006.
Le Liban dénonce
Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a commenté dimanche, les propositions faites par Washington dans le plan développé par Jared Kushner, conseiller et gendre du président américain Donald Trump, pour la paix au Proche-Orient, en affirmant qu’aucun investissement fait au Liban au détriment de la cause palestinienne ne sera accepté par Beyrouth. Cette réaction de M. Berry constitue le premier commentaire officiel d’un responsable libanais au sujet du volet économique du plan Kushner, depuis qu’il a été dévoilé en détails samedi par Washington. Soulignant que son commentaire intervient «dans l’attente d’une position libanaise unifiée» sur le plan Kushner, qui prévoit des investissements financiers dans les territoires palestiniens et les pays voisins à hauteur de 50 milliards de dollars et afin que «le silence du Liban ne soit pas considéré par certains comme une approbation des propositions empoisonnées» des États-Unis, M. Berry a affirmé que le seul investissement qui ne trouvera pas sa place au Liban est un investissement fait au dépens de la cause palestinienne, des droits des Palestiniens au retour sur leurs terres et au détriment de l’établissement d’un État indépendant, avec pour capitale El Qods.

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …