Home / Actualité / Le Makhzen implique de nouveau l’Algérie: La tension monte entre le Maroc et le Polisario

Le Makhzen implique de nouveau l’Algérie: La tension monte entre le Maroc et le Polisario

La tension s’accentue entre le Maroc et le Front Polisario. Dimanche, les autorités marocaines ont saisi l’ONU, accusant le Front Polisario d’avoir fait des incursions dans la zone tampon près de Guerguerat, située à la frontière avec la Mauritanie.
«Depuis un certain temps, il y a eu une multiplication de provocations et d’éléments de chantage à l’égard de la Minurso, des déploiements militaires et des annonces médiatiques qui visent toutes à altérer le statut juridique et historique de la zone à l’Est du dispositif de défense, et notamment à Bir Lahlou et Tifariti», a déclaré le ministre des Affaires étrangères marocain, Nasser Bourita. Il a ajouté que «ces développements graves constituent une violation directe des accords militaires, un défi et une menace au cessez-le-feu et compromettent sérieusement la stabilité régionale». «Cette provocation dure depuis un certain temps […] Le Maroc ne pourra pas rester les bras croisés devant des attaques continues cherchant à transformer le statut des territoires à l’Est», a affirmé, de son côté, Abdelouafi Lafti, ministre de l’Intérieur marocain. Le chef de la diplomatie marocaine n’a pas manqué l’occasion de renouveler les accusations de son pays à l’égard de l’Algérie. «Il y a eu des provocations, des manœuvres […] du Polisario encouragé par l’Algérie pour modifier le statut de cette zone» tampon, placée depuis le début des années 1990 sous la responsabilité des Nations unies, a-t-il lancé. Menaçant, le diplomate marocain interpelle le Conseil de sécurité de l’ONU afin de mettre fin à ces incursions. «Si l’ONU, Secrétariat général et Conseil de sécurité ne sont pas prêts à mettre fin à ces provocations, s’ils n’interviennent pas pour que le statu quo et le statut juridique soient préservés, le Maroc assumera ses responsabilités», a-t-il menacé. «Le Maroc réagira avec détermination et par tous les moyens à toutes les actions qui pourraient changer le statut de cette zone, il s’agira d’un casus belli dont le Maroc tirera tous les enseignements», a-t-il ajouté, poursuivant que «la gestion permissive de ce qui s’est passé à Guerguerat a été interprétée comme un encouragement». Cela avant d’appeler l’Algérie à assumer ses responsabilités. «Le Maroc n’attaque pas l’Algérie lorsqu’il dit que l’Algérie encourage ce genre de provocations : c’est l’Algérie qui abrite, qui finance, qui arme, (…) qui mobilise, ce n’est là ni une attaque ni une insulte, c’est la vérité», a-t-il soutenu. Selon certaines sources, les accusations marocaines sont infondées. «Contrairement à ce qu’affirme le Maroc, le Polisario est présent depuis toujours à Tifariti et dans les zones dites libérées. Le Polisario y organisait même des réunions publiques au pied du mur de sable», affirme une source proche du dossier à TSA. «La vraie raison de cette agitation et cette volonté de dramatiser les tensions ont pour objectif de peser sur la version définitive du rapport du secrétaire général de l’ONU, afin de tuer dans l’œuf toute idée de reprise des négociations directes entre le Polisario et le Maroc. Ces derniers ne voulant surtout pas en entendre parler», estime la même source. Dans une déclaration à l’AFP, M’hamed Khedad, le coordinateur du Polisario avec la mission de l’ONU au Sahara occidental, a indiqué que «le Maroc cherche des obstacles pour se désengager du processus de paix. Nous condamnons cette fuite en avant (…) et nous réagirons à toute violation du cessez-le-feu ». Cette nouvelle tension intervient au lendemain de la 6e Conférence internationale d’Alger sur «le droit des peuples à la résistance : le cas du peuple sahraoui». Les participants à cette conférence ont réaffirmé la légitimité du combat de libération nationale du peuple sahraoui et sa résistance pacifique contre l’occupation marocaine, lançant un appel à l’ONU et à la communauté internationale pour aboutir à une solution juste et définitive au conflit du Sahara occidental à travers un référendum d’autodétermination libre et transparent.

Karim Aimeur

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …