Home / Actualité / Le marché vaudrait 15 à 20 milliards de dollars: Les entreprises invitées à se rapprocher de Sonatrach

Le marché vaudrait 15 à 20 milliards de dollars: Les entreprises invitées à se rapprocher de Sonatrach

Investissant près de 10 milliards de dollars annuellement dans tous les domaines de ses activités, Sonatrach consacre entre 15 à 20 milliards de dollars de marchés au profit des entreprises nationales.

En effet, la Sonatrach, qui représente, selon le ministre de l’Energie, la locomotive de l’économie nationale, mise sur l’intégration des entreprises algériennes, publiques et privées, pour assurer le développement du secteur des hydrocarbures. C’est ce qu’a fait savoir, hier, le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, en marge de l’ouverture des journées d’information, sur les opportunités d’investissement au profit des entreprises nationales. Dans de sa stratégie SH 2030, la Sonatrach consacre des marchés de l’ordre de 15 à 20 milliards de dollars au profit des entreprises locales (publiques et privées), a-t-il indiqué, les appelant à saisir cette opportunité, et ne pas la laisser aux entreprises étrangères. «Si on n’arrive pas à réaliser ces projets par les entreprises nationales, c’est toute l’économie qui ne fonctionnera pas», a-t-il averti. Ces opportunités d’investissement offertes aux entreprises algériennes, désireuses de collaborer avec la compagnie pétrolière nationale, visent à augmenter son taux d’intégration dans le secteur des hydrocarbures. «Sonatrach vise à réaliser un taux d’intégration national toutes filiales confondues de 55%», a assuré le PDG, avant d’appeler les entreprises locales à «changer leur façon de faire, leur organisation et se mettre à jour» pour pouvoir répondre aux besoins de Sonatrach. «Il faudrait qu’on arrive à faire de ces entreprises (petites, moyennes ou grandes) des fabricants des équipements», a-t-il prévenu. Cette rencontre est organisée, selon le patron de Sonatrach, à l’intention de toutes les entreprises, qu’elles soient publiques ou privées, «afin de les intéresser aux projets que nous allons leur présenter» et à la réalisation desquels elles pourraient contribuer. En agissant de la sorte, Sonatrach cherche à réduire ses coûts, en diminuant sa facture en devises d’importation de biens et de services. Seule exigence, le respect, par les entreprises intéressées, d’un cahier des charges exigeant dans le domaine des hydrocarbures.

10 milliards de dollars investis

Pour sa part, le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a indiqué à la même occasion, que «le volume des investissements de Sonatrach est de l’ordre de dix milliards de dollars en moyenne par an». Mettant en avant le rôle stratégique de la Sonatrach dans «le développement économique du pays, (…) qui n’est plus à démontrer», Guitouni a illustré ses propos par des chiffres concernant la compagnie pétrolière nationale.
Il citera, entre autres, plus de 100 filiales et participations (en national et en international), et environ 200.000 employés. Un chiffre d’affaires moyen annuel à l’export sur les 5 dernières années, de 43,2 milliards de dollars. Un chiffre d’affaires moyen global annuel, sur les 5 dernières années, de 4.560 milliards de DA. Une fiscalité moyenne annuelle sur les 5 dernières années, versée au Trésor de l’État de plus de 2.550 milliards de DA.
Sur le plan infrastructures, Guitouni a indiqué que Sonatrach dispose de plus de 180 gisements (…). «Ce ne sont là que quelques chiffres clés qui font de Sonatrach (…) et son patrimoine industriel, un acquis pour la nation», a-t-il déclaré. Et d’ajouter : «Ils montrent également la contribution de Sonatrach au développement économique, industriel et social de l’Algérie». Guitouni a, par ailleurs, assuré que dans le cadre de l’exécution de son plan de développement, Sonatrach va tout faire pour «stimuler les entreprises locales, en les faisant participer à la mise en œuvre de son plan économique, industriel et social de l’Algérie». «C’est effectivement par le niveau d’expertise recherchée, par la rigueur attendue et par les standards internationaux qu’il y a lieu d’atteindre, que les entreprises locales acquerront les capacités pré-requises, pour être compétitives en matière de coût, de délais et de qualité», a-t-il relevé.

Fella Hamici

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …