Home / International / Le monde musulman pris dans les conflits: Al Qods oubliée

Le monde musulman pris dans les conflits: Al Qods oubliée

Depuis la reconnaissance par le président américain d’Al Qods occupée comme capitale d’Israël,  les conflits armés ont gagné en ampleur dans le monde musulman.

Le monde musulman qui a dénoncé la reconnaissance par le président américain d’Al Qods occupée comme capitale d’Israël, on ne parle pas de la Palestine depuis quelque temps. On est loin de la dénonciation, faite, pourtant, il y a quelques semaines, par l’Organisation de la Conférence islamique, de la reconnaissance par le président américain d’Al Qods occupée comme capitale d’Israël. Le président turc qui a promis d’annuler la coopération diplomatique avec Israël n’a pas tenu parole, et préféré attaquer les Kurdes à Afrine. Le Liban qui a dénoncé la reconnaissance d’Al Qods occupée comme capitale d’Israël est menacé par Netanyahu. Israël cherche à accaparer des champs de gaz et de pétrole du Liban. Le Liban a riposté en notant qu’il est prêt à la guerre. Le monde musulman est, depuis la reconnaissance par le président américain d’Al Qods occupée comme capitale d’Israël, confronté à des conflits dont le but serait de faire oublier Al Qods au bénéfice d’Israël. Un scénario qui n’aurait pas pu être réalisé en l’absence d’une hypocrisie qui caractérise certains dirigeants de pays musulmans. Le ministre saoudien des Affaires étrangères a, dans un entretien accordé à un média occidental, dit que l’Arabie saoudite n’accepte pas d’annuler la coopération diplomatique avec Washington pour Al Qods. Les Palestiniens se trouvent presque seuls, aujourd’hui face à Israël. L’Egypte semble avoir déjà oublié Al Qods puisque a conclu un accord de gaz avec Israël. Les bouleversements enregistrés depuis la reconnaissance par Al Qods comme capitale d’Israël ciblent Damas pillonnée il y a quelques jours par Israël. Aucun répit n’est accordé aux pays du monde musulman pour leur faire oublier Al Qods. Hier, Israël a commencé mercredi à installer des habitations dans la première colonie impulsée par le gouvernement israélien depuis 25 ans en Cisjordanie occupée, ont constaté des journalistes de l’AFP. Des camions-grue ont disposé une dizaine de préfabriqués sur le site de la nouvelle colonie appelée Amichai, tandis que des engins de terrassement et des ouvriers aménageaient les alentours. Amichai se situe non loin de la colonie de Shilo, dans le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 50 ans par l’armée israélienne. Amichai doit accueillir à terme la plupart des quelque quarante familles évacuées de force en février 2017 d’Amona, une colonie dite «sauvage», c’est-à-dire illégale même aux yeux de la loi israélienne. L’évacuation d’Amona, retransmise en direct dans les heurts et les cris, avait donné lieu à un véritable psychodrame israélien. Amona a été démolie parce que la Cour suprême israélienne l’avait déclarée construite sur des terres privées palestiniennes et donc illégale au regard du droit israélien. Toute la colonisation est illégale au regard du droit international. Mais le gouvernement israélien, qui fait la part belle aux avocats de la colonisation et même d’une annexion au moins partielle de la Cisjordanie, a autorisé en mars 2017 la construction d’une nouvelle colonie pour la première fois depuis 1991.

Mounir Abi

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …