Home / Actualité / Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a approuvé le projet: Un musée Matoub Lounès sera construit dans son village

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a approuvé le projet: Un musée Matoub Lounès sera construit dans son village

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a “approuvé le financement et le soutien” pour la “réalisation d’un musée dédié au patrimoine culturel et artistique du défunt chanteur Matoub Lounes”, au village de Taourirt Moussa, à Ait Mahmoud (wilaya de Tizi Ouzou), et ce à la demande de Malika Matoub, présidente de la fondation “Matoub Lounes”, a indiqué un communiqué du ministère de la Culture.

“Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a approuvé cette demande et donné ses instructions pour le financement et le soutien en faveur de ce projet culturel qui vise la préservation de la mémoire de l’artiste Matoub Lounes, qui a contribué à la promotion de la chanson et de la musique algériennes dans sa dimension amazighe et au renforcement de l’identité nationale”, lit-on dans le communiqué du ministère. Le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, chargé par le Premier ministre, a reçu Mme Malika Matoub et l’a informée de la décision du président de la République. A ce propos, M. Mihoubi a fait savoir que la présidente de la fondation a exprimé sa reconnaissance quant à cette noble attention, et estimé que la décision du Président Bouteflika constituait un “soutien à la culture ayant pour objectif la préservation de la mémoire de ses symboles et artisans”.
La fondation Matoub Lounes avait commémoré le 25 juin dernier le 20e anniversaire de la disparition de l’artiste. A cette occasion, elle a émis le souhait que soit réalisé un musée à proximité de la résidence de la famille du défunt dans un délai n’excédant pas un an, a rappelé la même source. L’artiste écrivait et composait lui-même ses chansons et était connu pour ses textes engagés, rappelle-t-on.

Une «grande consécration»

La décision du Président de la République de financer la réalisation d’un musée dédié à Matoub Lounes, assassiné le 25 juin 1998, est une “grande consécration”, a indiqué lundi à Tizi-Ouzou Malika Matoub, sœur du chanteur et présidente de la fondation portant le nom du défunt. Dans une déclaration à l’APS, Malika Matoub a qualifié la décision du Président de la République, annoncée dimanche, de “grande consécration et une reconnaissance du combat et du parcours de Lounes (Matoub) et aussi un moyen de pérenniser son combat, sa mémoire et son art”. La famille Matoub et la fondation portant son nom “ont travaillé pour ce projet durant une douzaine (12) d’années”, a affirmé Mme Matoub, soulignant qu'”à la faveur de la loi sur les associations, adoptée en 2012, et qui permet la création de ce genre d’institutions, nous avons introduit une demande d’agrément et accompli les démarches nécessaires”. La demande, a-t-elle précisé, “accompagnée d’un plan d’aménagement et de réalisation et d’une demande d’attribution d’une assiette de terrain au niveau du village Taourit-Moussa, a été déposée auprès du ministère de la Culture au mois de mai dernier”. Dimanche, un communiqué du ministère de la Culture a indiqué que le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a approuvé la demande de financement du projet qui vise “la préservation de la mémoire de l’artiste Matoub Lounes qui a contribué à la promotion de la chanson et de la musique algériennes dans sa dimension amazighe et au renforcement de l’identité nationale”.
Le musée, dont le coût n’a pas été révélé et dont les travaux seront lancés incessamment, sera érigé dans l’enceinte de l’école primaire du village de Taourirt-Moussa, Mbarek Matoub, mitoyenne de la demeure du défunt Matoub Lounes. Matoub Lounes, né le 24 janvier 1956 à Beni Aissa, chanteur connu pour ses textes engagés, a été enlevé le 25 septembre 1994 par le GIA et libéré 15 jours plus tard, grâce à une grande mobilisation. Il a été assassiné le 25 juin 1998 à Thala-Bouanane, sur la route de Béni-Douala.

APS

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …