Home / Société & Region / Les atrocités des caves vinicoles de Béni-Smail.. La mémoire ravivée

Les atrocités des caves vinicoles de Béni-Smail.. La mémoire ravivée

La famille révolutionnaire et la population de la commune de Béni-Smail ont célébré ce jeudi les massacres commis par les forces coloniales dans ce qu’il est appelé «Les massacres collectifs dans les caves vinicoles». Ainsi, les dates des 13 et 14 mars 1957 resteront à jamais gravées dans la mémoire collective des populations de Béni-Smaïl, daïra d’Ouled Mimoun et située à une soixante de kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Tlemcen.
En ces deux journées, des dizaines de citoyens, dont des femmes et des enfants, ont été entassés et enfermés dans des caves vinicoles d’Aïn Yesser. Cette sinistre action des forces coloniales françaises a été entreprise en représailles aux actions menées par les moudjahidine de l’ALN dans cette région et au cours desquelles il a été enregistré d’importantes pertes humaines et matérielles parmi l’armée française. Les séquestrés ont subi les pires sévices et toutes les formes de torture. Les uns ont succombé aux supplices de leurs tortionnaires et les autres sont morts dans d’abominables conditions à savoir l’asphyxie par l’inhalation de gaz toxique dans des caves vinicoles dont le volume ne dépassant guère le mètre cube.
La population a dénombré 21 victimes et l’armée coloniale avait contraint les survivants à les transporter et les enterrer loin du village afin de dissimuler ses odieux crimes contre l’humanité. Selon des témoins, les corps ont été jetés et abandonnés dans la forêt, surplombant le village de Béni-Smail, à la proie des animaux sauvages.
Suite à ces crimes atroces, les moudjahidine ont incendié une ferme de colon et tendu une embuscade aux forces coloniales au niveau de la localité d’Aïn Nassoukh au cours de laquelle une dizaine de soldats ont été tués et un important arsenal a été récupéré. Pour que nul n’oublie, il a été commémoré, ce dimanche, le 61e anniversaire de ces tragiques évènements en présence des responsables et élus locaux de la daïra d’Ouled Mimoun et commune de Béni-Smail ainsi que les représentants de l’Organisation et la Direction des moudjahidine en plus des familles de victimes. Une stèle a été érigée en leur mémoire et des gerbes de fleurs y ont été déposées. Notons que les sinistres caves vinicoles sont encore existantes et une association locale compte les transformer en musée.
B. Soufi

About Letemps

Check Also

Draâ El Mizan (Tizi Ouzou).. La daïra fermée par les villageois de Tifaou et Hellil

Le développement tant promis n’a tout compte fait été qu’un discours soporifique qui n’a duré …