Home / Temps réel / Les grands axes du message du chef de l’Etat

Les grands axes du message du chef de l’Etat

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a abordé dans son message aux walis, lu à l’ouverture de la rencontre walis-gouvernement tenue hier, plusieurs axes, portant principalement sur les enjeux politiques et la gestion des collectivités locales.

Manœuvres politiciennes

Le Président a pointé du doigt des «manœuvres malintentionnées» qui guettent l’Algérie à l’approche de chaque scrutin. «Les manœuvres politiciennes que nous observons à l’approche de chaque échéance cruciale pour le peuple algérien est la preuve tangible de ces intentions inavouées, qui s’éclipsent dès que notre valeureux peuple leur tourne le dos». Dénonçant les attaques contre les institutions de l’Etat, il dira que «toute atteinte à la stabilité des institutions de l’Etat est une atteinte à la Constitution et à l’un des piliers de ce pays inexpugnable qui nous réunit et nous protège contre les visées des haineux». «C’est pourquoi l’adhésion autour des institutions de la République et leur défense est un devoir de tout un chacun afin de barrer la route à toute tentative de leur instrumentalisation pour de funestes visées ou pour leur déstabilisation». Taxant «les aventuristes qui font dans la promotion de la culture de l’oubli, du déni et de la négation», le Président a affirmé qu’ils «ne sauront jamais des forces de construction et d’édification. Bien au contraire, ils dissimulent les faucilles du massacre, qu’ils n’hésiteront pas à utiliser pour faire basculer le pays dans l’inconnu».

Partisans de «la succession des visages et des personnes»

«Si certains réduisent les enjeux du présent et de l’avenir au changement et à la succession des responsables et des personnes, et entreprennent, pour des raisons obscures, de propager cette idée, vous savez, vous qui êtes sur le terrain à relever au quotidien les défis sécuritaires et socioéconomiques, que l’enjeu est beaucoup plus grand», a-t-il souligné. «Il y va de la protection des réalisations accomplies par le peuple ces deux dernières décennies et de leur préservation et valorisation à son profit», a noté le chef de l’Etat. «L’Algérie est capable (…) de vaincre les esprits défaitistes et sceptiques et les semeurs du désespoir et du découragement, et rien ne saura la dissuader d’aller de l’avant», a soutenu Bouteflika. Pour lui, «nos concitoyens ne sont découragés ni par les défis ni par les enjeux auxquels ils sont confrontés, mais par les manœuvres infâmes et les manigances dans lesquelles certains se positionnent en spectateurs guetteurs ou en conspirateurs, (…), a affirmé Bouteflika. «Face à ces attitudes inacceptables, il incombe à chacun d’assumer sa responsabilité et de s’engager pleinement dans les options politique et économique nationales ou d’en sortir définitivement. «L’ère des demi-mesures est révolue», a-t-il tranché.

Nouveau mode de gestion des collectivités locales

Bouteflika a, par la suite, exhorté les walis à adopter un nouveau mode de gouvernance, «basé sur l’initiative, l’anticipation, la gestion par objectif et l’approche par résultats». Appelant les responsables des Collectivités locales à s’acquitter pleinement de leur rôle dans le développement national. «J’ai donné des instructions claires pour le renforcement de la décentralisation, la promotion du Service public, (…)», a-t-il noté. «Aujourd’hui, vous êtes réunis ici non seulement pour recevoir des instructions (…), a-t-il dit à l’adresse des walis, mais pour faire des propositions (…) d’acteurs sur le terrain, appelés à dépasser la logique d’attente et de demande, à inciter le citoyen à se retrousser les manches et à valoriser les potentiels et les capacités». Pour cela, Bouteflika assure : «Nous continuerons nos efforts car nous sommes convaincus que nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère avec de nouvelles priorités et des orientations différentes». Indiquant qu’il est temps que la gouvernance territoriale passe à l’étape basée sur la qualité des prestations publiques offertes, Bouteflika a ordonné aux walis «(…) d’orienter les politiques suivant ces développements et d’évaluer leur mise en œuvre, loin (…) de la logique des chasses gardés sectorielles et de la bureaucratie, devenue un véritable frein pour nos actions», a-t-il estimé.

Corruption et bureaucratie

«(…) Nous constatons la propagation, dans la société, de fléaux représentés par des parasites handicapants pour vous et sabordant vos efforts à des fins malveillantes, et qui s’appliquent, sans vergogne aucune, à imposer des pratiques répréhensibles et condamnables par la loi et la morale, à l’image de la corruption, du clientélisme et de la bureaucratie», a-t-il noté. «Ces pratiques sont les maux les plus dangereux à ronger notre société et les plus grands défis auxquels notre pays fait face à l’heure actuelle», a-t-il déploré. «Des pratiques face auxquelles il faut rester intransigeants et que chacun de vous doit combattre de toutes ses forces et par tous les moyens de dissuasion, et soyez assuré de tout mon soutien», a-t-il souligné. «Ce sont là, en partie, des agissements qui entravent la concrétisation des objectifs escomptés de notre stratégie et la détourne de sa trajectoire, portant ainsi atteinte à la crédibilité de l’action du pouvoir public et décourageant l’usager du Service public (…)». «La concrétisation de nos objectifs ne saurait être possible sans l’éradication de ce mal incurable qui tend à se propager davantage», a-t-il tranché.

Valorisation des ressources humaines

Sommant les walis d’«œuvrer à la valorisation des ressources humaines dont il dispose à travers des politiques de formation et de recyclage lucides, ciblées et cohérentes avec les stratégies adoptées», Bouteflika a appelé à «prendre en charge les préoccupations des personnels travaillant sous votre direction et tutelle (…)». Le président a estimé que la valorisation des ressources humaines est «votre force de frappe sur le terrain et beaucoup d’entre eux ont des compétences qui ne demandent qu’à être encouragées par vous». «Il ne s’agit pas, simplement, d’ouvrir de nouveaux postes budgétaires, mais plutôt d’optimiser les ressources disponibles en plaçant, au moment opportun, l’agent qu’il faut à la place qu’il faut et en s’assurant de sa rentabilité pleine et complète», a-t-il relevé.

Fella Hamici

Check Also

Elle fut parmi les plus belles actrices.. Claudia Cardinale vend sa garde-robe

Les costumes de scène et les souvenirs de cinéma de l’inoubliable «Fille à la valise» …