Home / Algérie / Les jeunes promoteurs ont marché jeudi: «Pour l’effacement des dettes»

Les jeunes promoteurs ont marché jeudi: «Pour l’effacement des dettes»

Ils étaient plusieurs centaines de jeunes, les promoteurs d’entreprises créées dans les différents dispositifs d’aide à la création d’emplois (Ansej, Cnac, Angem) à prendre part à la marche nationale organisée, jeudi dernier, à Tizi Ouzou. Des délégués de plusieurs wilayas, notamment de l’ouest comme Oran, Tlemcen, Relizane, Mascara, Chlef, ou encore de l’ouest comme Sétif, Khenchela, Batna, Oum El Bouaghi, Béjaïa et centre à savoir Alger, Bouira, Boumerdès, M’sila et du sud comme Biskra, El Oued et Ouargla ont marché dans les artères du Centre-ville de Tizi-Ouzou avec leurs homologues de Tizi Ouzou pour réitérer leur refus catégorique de rééchelonnement décidé par le gouvernement.
Dès les premières heures de la matinée, ils ont commencé à se rassembler devant le portail principal du campus Hanoaoua de l’Université Mouloud Mammeri d’où la marche s’est ébranlée vers 10h. Aucun dispositif spécial des services de la police n’était déployé hormis quelques policiers en civil qui. Les marcheurs ont déployé des banderoles et autres pancartes su lesquelles ont pouvait lire des slogans : «ulac lexlas ulac (pas de remboursement)», «on refuse d’être les victimes d’une politique d’emploi qui a échoué», «pour une amnistie générale», etc. Aussi ont-il scandé à gorge déployée ces mêmes slogans tout au long de l’itinéraire emprunté par cette marche soit du campus Hasnaoua jusqu’au siège de la wilaya. Ils ont appelé, à l’occasion, le président de la République à décréter une amnistie générale pour l’effacement des dettes qui sera suivie par la mise en place d’un allègement fiscal et parafiscal propre à la micro-entreprise. Initiée par le Collectif d’appui à la micro-entreprise (CAME) de Tizi-Ouzou, la marche, cette démonstration de force a été aussi une nouvelle occasion pour les protestataires de leur désarroi et faire part des difficultés dans lesquelles s’embourbent leurs entreprises, une situation aggravée par la politique d’austérité. «Nous ne pouvons pas rembourser nos crédits, sachant que les projets sont à l’arrêt. Comment voulez-vous qu’une micro-entreprise pérennise son activité en lui adressant des factures d’impôts au même titre qu’une entreprise de moyenne ou grande taille ?» se sont demandés ces jeunes promoteurs qui ne cachent pas leur désespoir. Ils ont également dénoncé la pression qu’exercent sur eux les banques qui ont déjà adressé des milliers de mises en demeure

Brahim B.

About Armadex

Check Also

l’Europe face à l’extrémisme religieux.. De l’exode passif à l’islamisme actif

L’Europe est en train de voir naître, dans sa communauté musulmane, une influence djihadiste. Celle-ci …