Home / Actualité / Les Jeux Méditerranéens ont débuté hier: Les Algériens dans le vif du sujet

Les Jeux Méditerranéens ont débuté hier: Les Algériens dans le vif du sujet

Représentée par 233 athlètes dans 24 disciplines, l’Algérie tentera de récolter une meilleure moisson de médailles que celle de la précédente édition des JM qui a eu lieu à Mersin, en Turquie.

Tarragone. Mercredi 20 juin. Il est 23h tapantes lorsque le premier des trois avions de la compagnie Air Algérie affrété spécialement pour les Jeux Méditerranée 2018 s’est posé sur le tarmac de l’aéroport régional Reus de Tarragone. Le premier contingent de la délégation sportive algérienne présidée par l’ex-championne olympique Hassiba Boulmerka venait d’arriver dans la province catalane en comptant 144 personnes dont 67 athlètes, 8 membres du COA, et 44 journalistes. En raison de l’épineux problème des visas que le consulat d’Espagne a refusé d’octroyer à un grand nombre d’athlètes et de médias avant de se rétracter sous la pression des autorités algériennes, le dit vol a dû accuser un retard de plus de douze heures.
Mais une fois passées les formalités douanières et récupérés les bagages, le calvaire enduré par la première vague algérienne pour les JM pouvait prendre fin au grand soulagement surtout de l’équipe de football emmenée par le DTN Boualem Charef et celle du tir à l’arc qui ne disposaient à ce moment précis que d’un petit jour pour se lancer dans la compétition. Présent depuis quelques jours sur les lieux pour régler les derniers détails liés au séjour, le président de la Fédération algérienne de natation et porte-parole du Comité olympique et sportif algérien, Mohamed Hakim Boughadou a été à l’accueil de la délégation tout comme un groupe de volontaires tous de nationalité ou d’origine algérienne qui servaient de guides. Pour faire la promotion de ces JM, les organisateurs ont inondé tous les halls de l’aéroport de drapeaux et de pancartes portant l’effigie de la sympathique mascotte de la compétition Tarracvs. Créé à partir d’une activité scolaire qui a mobilisé plus de 10 000 écoliers filles et garçons, ce personnage est un casque romain fait d’eau de la Méditerranée, lien principal entre tous les pays qui participent aux Jeux, et où se reflètent les vagues marines. Il se distingue par le bandana casteller au poignet et le drapeau de Tarragona dans le plumet du casque.
Mais comme il faisait tard dans la nuit, ce n’est que le lendemain matin soit à la veille de la cérémonie d’ouverture à laquelle devait assister hier soir le roi d’Espagne Filipe IV au Nou Estadi, qu’on a pu avoir une idée sur l’engouement des Catalans pour ces jeux qui s’étaleront sur dix jours du 22 juin au 1er juillet. En dépit de leur surmédiatisation depuis plusieurs semaines au point que les organisateurs tablent sur une présence de plus de 150 000 spectateurs dans l’ensemble de la compétition, les habitants de Tarragone n’accordent a priori pas une grande importance à ces Jeux qui mobilisent pourtant plus de 1000 journalistes venus des quatre coins du globe ainsi que 3500 bénévoles chargés de répondre aux besoins organisationnels. Il faut dire que le déroulement de la Coupe du monde de football en Russie éclipse presque l’événement. Mais pour nos athlètes qui affluaient hier sur le village méditerranéen qui se trouve à quelques kilomètres de Salo, la magnifique station balnéaire longeant la Costa Dorada, cela semble avoir moins d’importance. Après tout, ils sont beaucoup à vouloir profiter de cette joute internationale pour réaliser leurs meilleures performances. D’ailleurs, même si elle refusait à se prononcer sur les chances des médailles algériennes durant ces JM, la chef de délégation Hassiba Boulmerka a pu noter une certaine volonté des participants à faire bonne figure. «Nos athlètes ont été mis dans de bonnes conditions et nous croyons qu’ils ne sont pas venus ici à Tarragone juste pour faire de la figuration. Beaucoup veulent saisir l’occasion pour se faire un nom», a-t-elle déclaré. Des médailles algériennes à Tarragone, il y en aura certainement, mais les nombreux journalistes présents sur place doutent fort que l’exploit réalisé cinq ans plus tôt à Mersin avec 26 médailles, 9 en or, 2 en argent et 15 en bronze, soit au moins égalé. «Le renouvellement des instances sportives a porté un coup à l’élan des disciplines phares qui ont l’habitude de se représenter dignement l’Algérie dans les précédentes éditions. Je crains que ces Jeux Méditerranéens tournent à l’échec pour nos athlètes», analyse non sans pessimisme Nadjib Djoudi, journaliste du quotidien arabophone Akhar Saâ. Les premiers jours de la compétition vont permettre de donner un petit aperçu de ce que sera la participation algérienne dans la vaste région catalane.

De notre envoyé spécial
Mounir Ouassel

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …