Home / International / Les parlementaires dénoncent l’attaque.. Pour le limogeage de Khalifa Haftar

Les parlementaires dénoncent l’attaque.. Pour le limogeage de Khalifa Haftar

La majorité de ces députés boycottaient jusqu’ici les séances du Parlement basé à Tobrouk, à l’est du pays.

Les combats continuaient hier, sur les différents axes autour de Tripoli. Des parlementaires de l’ouest ont décidé d’agir. Ils ont organisé une réunion du Parlement à Tripoli. La majorité de ces députés boycottaient jusqu’ici les séances du Parlement basé à Tobrouk, à l’est du pays. Leur réunion, une première, vise à déposséder le maréchal Haftar de la caution légale et politique. C’est ce qu’écrit la presse. Les parlementaires ont tenu ce jeudi, une séance à Tripoli pour condamner l’offensive du maréchal Haftar. Ils ont demandé au Conseil présidentiel de nommer un autre chef de l’armée nationale libyenne. Selon la Constitution libyenne, c’est le chef du Parlement qui dirige l’armée. Une cinquantaine de parlementaires étaient présents, assistés des chefs des tribus et des maires de l’ouest libyen. Pour cette assemblée, le Parlement de Tobrouk et son chef, Akila Saleh, sont sous la coupe du maréchal Khalifa Haftar. «C’est pour cette raison qu’il n’y a aucune raison de tenir cette réunion dans l’est du pays», martèle Sadek Lekhili, chef de la séance.
Une autre réunion est prévue aujourd’ hui: objectif prononcer la destitution de Khalifa Haftar. Akila Saleh, le chef du Parlement, a été accusé de bloquer les décisions des parlementaires, par l’envoyé spécial de l’ONU Ghassan Salamé. Quant à Khaled el-Michri, le président du Haut conseil de l’État, il considère que le Parlement n’existe pas d’une manière concrète et que son chef n’a pas le pouvoir pour légiférer. Le maréchal Haftar est dénoncé pour l’attaque lancée contre Tripoli.
L’attaque a eu lieu avec le mois sacré du Ramadhan. La période de fête s’annonce particulièrement rude pour les Libyens, ruinés par des années de crise et épuisés par les combats qui ont repris. Les libyens ont exprimé leur colère contre Haftar et protesté contre l’attaque. Le président américain soutient le maréchal et n’a pas dénoncé la guerre. Les libyens disent que Haftar est soutenu également par les Emirats, la France et l’Arabie saoudite.
«L’attaque lancée par le maréchal Haftar contre Tripoli ne pouvait pas avoir lieu en l’absence de la caution de certains pays», disent les politiciens. Tandis que ces pays arment le maréchal Haftar, l’Algérie appelle au dialogue. Aujourd’ hui, la guerre est lancée à quelques jours du mois sacré du Ramadhan. La population est livrée à la terreur. Washington dit que le maréchal Haftar est en guerre contre le terrorisme, tandis que ce sont les civils qui sont ciblés par l’attaque. Nombre de personnes ont été tuées dans l’attaque lancée par le maréchal Haftar le 04 avril 2019.
Mounir Abi

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …