Home / Culture / Les soirées face à la télévision.. Diversité et variétés

Les soirées face à la télévision.. Diversité et variétés

Pour ce mois du Ramadhan, les multiples chaînes de télévision tentent de rivaliser d’originalité et d’inédits pour concocter un programme diversifié et intéressant.

Cette année, les émissions religieuses sont intéressantes sur toutes les chaînes offrant des informations et des connaissances sur ce mois sacré. Certains érudits en théologie sont tolérants par rapport à d’autres plus stricts et plus rigoureux. Mais dans l’ensemble, ils apportent des éclaircissements sur certains thèmes et exhortent à la foi et au pardon. Dans le registre des caméras cachées, cette fois-ci, elles se résument à la drôlerie, cocasserie et l’humour. Pas de panique, ni d’angoisse, ni de stress, à l’exception de l’émission Balak mourak présentée par l’animateur Sefouane Aissi.
On fait peur aux invités
En effet, dans cette émission tournée au cirque Amar, on fait peur aux invités avec des animaux comme le bison, le crocodile, le boa et le gorille qui déboulent sur la présumée victime, qui selon ses peurs, crie, s’agite et court. Pour la chaîne Ennahar la caméra cachée Hkemnek est judicieuse et permet de voir que la solidarité et la compassion ne sont pas de vains mots. L’algérien est toujours prêt à aider. Pour la chaîne Echourouk plus, Hna hakka est de la même trempe, dévoilant la hogra que personne n’accepte. La chaîne el Bilad Matazaâfouche âlya permet de passer un bon moment de détente avec cet homme qui dérange celui qui dénigre la situation politique actuelle. Ce sont de bonnes caméras cachées qui interpellent des situations sociales et des faits anodins suscitant l’hilarité et la hâblerie.
Dans le rayon des sketches, «Iimaret Hadj lakhdar» qui passe depuis plusieurs ramadhan n’a pas pris une ride. Elle se renouvelle mais l’effet est estompé et n’a plus le même intérêt qu’auparavant. Sur Numidia TV, Boubaltou mis à part le décor idoine du western spaghetti, la badinerie n’est pas au rendez-vous et l’histoire n’est pas du tout intéressante. Le sketch Dar el âdjeb qui montre une famille bien soudée est comique. Souvent, la thématique est captivante et les dialogues pleins de facéties et de plaisanteries. C’est un des seuls sketchs à être pétillant et agréable. Par contre, le sketch avec Bakhta est comme un remake des années passées. Le sketch Bibiche et Bibicha est égal à lui-même. Par contre, on remarque une nette évolution dans le jeu de Souhila Mâalem, alias Bibicha.
Dzair TV se démarque
La chaîne Dzair TV s’est démarquée par des émissions qui nous offrent vraiment des moments de détente. L’animateur Kamel Dynamite et Farida nous invitent à des moments agréables à travers l’émission Allô Dzair. Mis à part les appels des téléspectateurs, Kamel nous renvoie à Tiqdimin en nous proposant d’anciennes chansons, films et même des publicités d’autrefois. C’est ainsi qu’on a revu la chanteuse kabyle El Djida, des passages du film L’inspecteur Tahar. De son côté, le ventriloque Bilal et son poupon Bitchitchi crèvent l’écran avec les bonnes idées et le don de l’artiste qui n’a rien à envier aux ventriloques européens.
Il est à noter que les émissions culinaires ont la part belle. Chaque chaîne rivalise d’ingéniosité et présente des mets gastronomiques adéquats pour ce mois de ramadhan. Actuellement après les tadjine, Lhm el hlou, le Mtouem et la Sfiriya, c’est au tour des gâteaux pour l’aïd. Le chef Lotfi nous en met plein la vue et s’en donne à cœur joie. A l’évidence, chaque année, il y a des efforts pour mieux parfaire les émissions, mais les sketchs restent toujours de la grosse farce qui manque d’intelligence. Pour résumer, on peut affirmer péremptoirement que le programme est riche et varié, mais le niveau de certaines émissions laisse souvent à désirer alors que d’autres ont atteint leur rythme de croisière comme les caméras cachées.
Kheira Attouche

Check Also

2e Colloque de la Palestine du roman arabe.. Amine Zaoui parmi les invités

Le romancier algérien Amine Zaoui sera parmi les invités, aux côtés d’une élite d’hommes de …