Home / Culture / Les yeux de Mansour de Ryad Girod: Passé de grandeur et présent de servitude

Les yeux de Mansour de Ryad Girod: Passé de grandeur et présent de servitude

Paru aux éditions Barzakh «Les yeux de Mansour» de Ryad Girod, ce roman puissant et dur à la fois nous introduit d’emblée en Arabie Saoudite avec ses mœurs, coutumes et son mode de vie austère de cette contrée à obédience wahhabite.

Les yeux de Mansour de Ryad Girod, un roman à la forte intensité interpelle plus d’un. Il focalise sur cette cardinale région du monde qu’est l’Arabie Saoudite en convoquant l’histoire et la géopolitique. A travers une histoire d’amour adultérin, il fait une longue satire sur le monde arabe, son glorieux passé ainsi que ce passé de civilisation perdu. Cette diatribe sur la gloire perdue des Arabes rappelle la grande civilisation arabo-musulmane et son rayonnement à travers de nombreux siècles de grandeur et de magnificence. Mansour descendant de l’Emir Abdelkader vivant en Syrie travaille à Ryadh en Arabie Saoudite. Lui et son ami, côtoient le monde diplomatique et les expatriés européens. Souvent, sous les effluves des vapeurs éthyliques et de la drogue, ils mènent tous deux une vie dissolue en cette terre d’Islam pur et dur. Mais, Mansour franchit les codes interdits de cette société.

Décapitation

Mansour qui est le jardinier du couple mixte, Nadine la libanaise chrétienne et Stan l’australien, fricote avec cette dernière ce qui lui vaut une décapitation en pleine place suite à la délation du majordome Ikram. Devant une foule assoiffée de sang, qui scande le mot «décapiter», l’ami de Mansour qui est le narrateur assiste épouvanté et impuissant à cette exécution. A travers ce récit à connotation philosophique et politique, c’est toute l’histoire des Arabes, du monde actuel et la pensée des principaux soufis qui est engagée. L’auteur du roman, d’une grande culture mène de main de maître, politique et histoire en symbiose dans cette surprenante saga. Des mots à forte intensité plombent cette histoire compliquée, avec des personnages étranges mâtinés d’inconscience et de candeur dont leur carapace craquelle laissant percevoir leur désarroi et leurs faiblesses. Tragiquement et terriblement humains, ils sombrent dans leurs délires et leurs souffrances. Même si la référence aux grands maîtres de la pensée soufie est omniprésente dans ce long texte dont Ibn Arabi et Ibn Ibn Rochd, il n’en demeure pas moins que les philosophes de la Grèce antique Platon, Aristote et Plotin sont également mentionnés. Les yeux de Mansour est un roman robuste aux accents philosophiques et politiques dont la profonde analyse et la hauteur de vue témoignent de la situation vulnérable et précaire du monde arabe. Riyad Girod semble consterné et chagriné.

Confession

Il se livre, se raconte et se délivre. Son roman devient confession. Il fait le portrait sensible, dur et mordant de la société arabe d’aujourd’hui en prise entre deux feux, la tradition et la modernité, et ce passé de grandeur et ce présent de sujétion. Dans ce livre, on trouve des paysages de cinéma, des personnages bien craqués pour une vision de l’Arabie Saoudite et du monde arabe très loin de celle des dépliants touristiques.
Les yeux de Mansour est un roman passionnant, révélateur et magistralement écrit par un auteur qui allie superbement l’analyse politique à la culture. On y retrouve beaucoup de sensations, une émotion pure et communicative mêlée à une certaine nostalgie. Désenchantement et désappointement à la clé de ce monde arabe.

Kheira Attouche

Check Also

2e Colloque de la Palestine du roman arabe.. Amine Zaoui parmi les invités

Le romancier algérien Amine Zaoui sera parmi les invités, aux côtés d’une élite d’hommes de …