Home / International / L’Etat sioniste d’Israël tire sur la population: L’holocauste palestinien

L’Etat sioniste d’Israël tire sur la population: L’holocauste palestinien

Washington a inauguré officiellement, hier, son ambassade à Al Qods occupée. Conséquence : 56 palestiniens ont été tués et plus de 2400 autres blessés.

L’armée d’Israël a perpétré, hier, un génocide contre les palestiniens, manifestant, pacifiquement, contre le transfert de l’ambassade américaine à Al Qods occupée. Les militaires ont tiré à balles réelles contre des civils. Un crime inqualifiable qui n’a d’égal que le silence observé face au génocide par certains pays, dont des pays arabes. Hier, des milliers de palestiniens ont manifesté, à Ghaza, contre le transfert de l’ambassade américaine à Al Qods occupée. L’armée d’Israël a tiré des balles réelles et tué 56 palestiniens, dont huit enfants de moins de 16 ans et 2410 blessés. Le porte-parole du gouvernement palestinien, Youssouf al-Mahmoud, a réagi dans un communiqué, réclamant une «intervention internationale immédiate pour stopper l’horrible massacre commis à Gaza par les forces occupantes israéliennes contre notre peuple héroïque». Amnesty International a pour sa part dénoncé une «violation abjecte» des droits de l’homme, accusant Israël de mener des «crimes de guerre». «Nous demandons à toutes les parties d’agir avec la plus grande retenue afin d’éviter des pertes de vie humaine supplémentaires», a pour sa part affirmé la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué. Ces décès portent à 95 le nombre de Palestiniens tués dans la bande de Ghaza depuis le début d’un mouvement de protestation massif le 30 mars afin de réclamer l’application du droit au retour des Palestiniens, qui ont fui ou ont été chassés de leur terre en 1948 lors de la création de l’Etat hébreu. Pendant que les palestiniens étaient tués, Washington inaugurait officiellement son ambassade à Al Qods occupée. Washington n’a pas dit un mot sur le génocide.
Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a réaffirmé hier l’engagement des Etats-Unis pour une paix globale et durable entre Israël et les Palestiniens à l’occasion de l’inauguration de l’ambassade américaine à Al Qods occupée.
Son court communiqué ne fait aucune référence aux dizaines de Palestiniens tués lundi dans la bande de Gaza par des soldats israéliens lors de manifestations contre le transfert de l’ambassade conformément à la décision très controversée de Donald Trump annoncée en décembre. Aujourd’hui je suis fier de célébrer l’ouverture de l’ambassade des Etats-Unis en Israël à Jérusalem, a déclaré le chef de la diplomatie américaine. Je suis ravi d’avoir visité Israël lors de mon premier voyage à l’étranger en tant que secrétaire d’Etat fin avril et je suis impatient d’y retourner bientôt pour visiter notre nouvelle ambassade ainsi que l’ambassadeur David Friedman à Jérusalem, a-t-il ajouté. En plus de leur opposition au transfert de l’ambassade, les Palestiniens protestent aussi contre le blocus de Gaza imposé par Israël et l’occupation militaire. Le président turc, Erdogan, s’est exprimé sur le rôle que tiennent les États-Unis au Proche-Orient. «En entreprenant leur récente démarche, transfert de l’ambassade, les États-Unis ont décidé de faire partie du problème, pas de la solution, et ont perdu leur rôle de médiateur dans le processus du règlement pacifique au Proche-Orient», a martelé le Président turc, hier. Nombre de pays arabes, dont l’Arabie saoudite, n’ont pas dénoncé les crimes perpétrés par Israël qui a révélé coopérer avec le royaume des petrodollars, les Eemirats arabes, le Bahrein et le Maroc. Pays cautionnant la reconnaissance d’Al Qods occupée comme capitale d’Israël.

Amnesty dénonce une violation abjecte des droits de l’homme

Amnesty International a dénoncé hier une violation abjecte des droits de l’homme et des crimes de guerre à Ghaza, où 37 Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne alors qu’ils manifestaient contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem. Nous assistons à une violation abjecte du droit international et des droits de l’homme à Ghaza, a dénoncé l’organisation non gouvernementale basée à Londres sur Twitter. «Ceci doit cesser immédiatement». De violents affrontements entre manifestants palestiniens et soldats israéliens ont fait lundi 37 morts et des centaines de blessés dans la bande de Gaza, où les Palestiniens protestent contre l’inauguration à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël. Saluée comme «historique» par Israël, cette promesse faite par le président américain Donald Trump est largement perçue comme un défi envers la communauté internationale dans une période de grande inquiétude pour la stabilité régionale. Cette journée de festivités côté israélien et américain est aussi la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis la guerre de 2014 dans la bande de Gaza. «C’est un autre exemple horrible du recours excessif à la force et de l’usage de balles réelles d’une manière totalement déplorable par l’armée israélienne», a dénoncé Philip Luther, un responsable d’Amnesty International pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, dans un communiqué. “C’est une violation des règles internationales» équivalant “dans certains cas à ce qui semble être des homicides intentionnels constituant des crimes de guerre”. «Les autorités israéliennes doivent contenir l’armée pour éviter d’autres pertes humaines et blessures graves», a-t-il plaidé. Des premiers rapports médicaux cités par Amnesty International indiquent que «des dizaines de personnes ont été atteintes à la tête ou à la poitrine», selon le communiqué de l’ONG. «Alors que certains manifestants ont pu recourir à une certaine forme de violence, cela ne justifie toujours pas le recours à des balles réelles», a estimé Philip Luther, insistant sur «le besoin urgent d’un embargo sur les armes».

Paris dénonce Washington

Le Quai d’Orsay a désapprouvé la décision de Washington de transférer sa mission diplomatique en Israël de Tel Aviv à Jérusalem, estimant qu’elle enfreint le droit international. Alors que la frontière israélo-gazaouie est de nouveau ce lundi le théâtre d’affrontements sanglants, le jour du transfert de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, le ministère français des Affaires étrangères a condamné cette décision des Etats-Unis, considérant qu’elle enfreint le droit international, et a exigé que le gouvernement israélien fasse preuve de mesure dans l’usage de la force. «La France désapprouve la décision américaine de transférer l’ambassade des États-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem», a fustigé Jean-Yves Le Drian. «Cette décision contrevient au droit international et en particulier aux résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations Unies», est-il dit dans son communiqué. Après de longues semaines durant lesquelles a régné la violence et a coulé le sang de nombreux Palestiniens de la bande de Gaza, Paris a appelé «de nouveau les autorités israéliennes à faire preuve de discernement et de retenue dans l’usage de la force qui doit être strictement proportionné». Le chef de la diplomatie a d’ailleurs rappelé «le devoir de protection des civils, en particulier des mineurs, et le droit des Palestiniens à manifester pacifiquement». Il est «urgent de recréer les conditions nécessaires à la recherche d’une solution politique, dans un contexte régional déjà marqué par de fortes tensions», a conclu M.Le Drian. Le gouvernement américain ouvre l’ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai, jour du 70e anniversaire de la proclamation de l’État d’Israël.

Mounir Abi

About Armadex

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …