Home / International / L’importance d’Istanbul

L’importance d’Istanbul

Istanbul est la ville la plus riche (un tiers du PIB) et la plus peuplée de Turquie (16 millions d’habitants). «Istanbul est toute la Turquie et toute la Turquie est Istanbul», résume à franceinfo Samim Akgönül, historien, politologue et directeur du département d’études turques à l’université de Strasbourg. «Qui remporte Istanbul remporte la Turquie», a coutume de dire le président turc. L’attachement d’Erdogan à la «ville-monde» est réel puisqu’il a été maire de la ville entre 1994 et 1998, première étape de sa carrière politique. Dans l’imaginaire turc, «la chute de Constantinople [l’ancien nom d’Istanbul] est quelque chose de très présent», affirme l’historien. Les médias liés à l’AKP et les caciques du parti d’Erdogan craignaient tellement de perdre la ville qu’ils accusaient Ekrem Imamoglu d’être un suppôt du terrorisme, précise Le Monde, ou «d’être descendant de Grecs qui avaient tenté de prendre la ville» lors du conflit gréco-turc entre 1919 et 1922, ajoute Samim Akgönül. Mais «les électeurs ne sont pas tombés dans ce piège grossier», souligne le politologue.
Les électeurs d’Erdogan en colère
Sur la grande esplanade, face au Bosphore, entre les deux mosquées historiques du quartier, Esra, 25 ans étudiante dans une université réputée islamiste, issue d’une famille conservatrice et qui n’a jamais connu que l’AKP, exprime ses doutes. Elle n’est finalement pas tout à fait sûre de vouloir à nouveau voter pour le candidat de l’AKP à la mairie d’Istanbul, l’ancien Premier ministre Binali Yildirim. «Je pense que je vais voter pour Binali Yildirim… à moins que je ne change d’avis au dernier moment. C’est très émotionnel tout ça. Dans l’isoloir, je peux parfaitement changer d’avis. En fait, j’aime beaucoup Imamoglu. J’aime bien comment il parle, j’aime bien son style, tout ça…
Le seul problème pour moi c’est l’alliance qu’il a fait avec le HDP, les Kurdes ; C’est pour ça que j’hésite encore. Le plus important, c’est de choisir le meilleur homme pour le pays, bien sûr. Et s’il n’avait pas fait alliance avec les Kurdes, c’est sûr, j’aurais certainement voté pour Imamoglu.
Le candidat d’opposition Imamoglu n’a pas précisément fait alliance avec le parti kurde, mais le parti prokurde HDP a appelé, comme en mars, à voter pour lui». Un peu plus loin sur l’esplanade, Yusuf, la cinquantaine, plombier au chômage, a lui décidé de sauter le pas : ce dimanche il vote pour le candidat d’opposition Ekrem Imamoglu.

About Letemps

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …