Home / Temps réel / Loi définissant la liste des fêtes légales: Le projet de texte présenté au Sénat

Loi définissant la liste des fêtes légales: Le projet de texte présenté au Sénat

Le ministre des Relations avec le parlement, Mahdjoub Bedda, a présenté, hier, au conseil de la Nation, le projet de loi modifiant et complétant la loi définissant la liste des fêtes légales, en vertu duquel le jour de l’an amazigh (12 janvier) a été intégré comme fête nationale et journée chômée payée. Lors de la présentation du projet de loi, au nom du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, Mourad Zemali, M. Bedda a affirmé que l’amendement de cette loi «intervient en application des orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, données lors de la réunion du Conseil des ministres, le 27 décembre 2017, lesquelles ont permis de sceller l’appropriation, par le peuple algérien tout entier, de tamazight comme langue nationale et officielle, et comme ciment supplémentaire de son unité nationale».
Il a estimé que l’intégration du jour de l’an amazigh (Amenzu n yennayer) dans la liste des fêtes légales constitue un acquis et s’inscrit dans le prolongement des efforts visant à appuyer et accompagner toute action visant à préserver les constantes nationales dans leur triple composante islamique, arabe et amazighe. Cette initiative est à même de «renforcer notre relation aussi étroite que constante avec notre civilisation et histoire amazighe dans toutes ses dimensions, culturelle, linguistique, civilisationnelle et identitaire».
Les membres du Conseil ont valorisé l’intégration du jour de l’an amazigh dans le calendrier des fêtes légales officielles qui permettra, selon eux, de «renforcer la cohésion du peuple algérien et de barrer la route à tous ceux qui tenteraient d’instrumentaliser la question». «L’introduction du jour de l’an amazigh dans le calendrier des fêtes légales» a permis de trancher une des questions les plus polémiques et de la mettre à l’abri des tiraillements politiques, a estimé le sénateur Mohamed Rachedi.
Un autre membre du Conseil a évoqué les aspects techniques qui devraient, selon lui, être confiés à des linguistes. Intervenant à la fin de la séance de débat, le ministre a affirmé l’ouverture du champ de recherche dans les questions techniques inhérentes à cette question, prise en charge au titre de la loi organique relative à la création de l’Académie de langue amazighe qui veillera à la promotion et au développement de cette langue dans ses différentes variantes linguistiques.

About Armadex

Check Also

Sensibilisation.. Ramadhan sans accidents

Le Directeur général du Centre national de prévention et de sécurité routière (CNPSR), Ahmed Nait …