Home / Actualité / Louisa Hanoune s’attaque à ceux qui appellent au rejet des partis politiques.. «Gare aux aventuriers qui préparent le pire» !

Louisa Hanoune s’attaque à ceux qui appellent au rejet des partis politiques.. «Gare aux aventuriers qui préparent le pire» !

La patronne du PT, qui s’exprimait, hier, à l’occasion d’une rencontre des responsables des commissions ouvrières de son parti à Alger, a accusé ses cibles de vouloir transformer cette dynamique citoyenne pacifique en un printemps arabe.

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), a mis en garde contre «les aventuriers» qui appellent au rejet, voire à la dissolution des partis politiques, lors des manifestations contre le cinquième mandat de Bouteflika et pour le changement du système en place. La patronne du PT, qui s’exprimait, hier, à l’occasion d’une rencontre des responsables des commissions ouvrières de son parti à Alger, a accusé ses cibles de vouloir transformer cette dynamique citoyenne pacifique en un printemps arabe. «Ceux qui appellent, y compris parmi des intellectuels et activistes, les jeunes, au rejet des partis et à leur dissolution, préparent consciemment ou inconsciemment à la transformation du sursaut révolutionnaire en un printemps arabe, c’est-à-dire au chaos sanglant», a déclaré Louisa Hanoune.
Et d’ajouter que ceux-là mêmes «préparent le lit à un système politique pire que l’actuel, pire que le système du parti unique rejeté par l’écrasante majorité du peuple». Pour Mme Hanoune, il est clair que «le pire système que celui du parti unique est le fascisme» caractérisé, a-t-elle enchaîné, par «l’absence de toute structure politique ou forme d’organisation de la société». La secrétaire générale du PT, qui a participé à la marche du vendredi 8 mars et à celle du 1er mars dernier à Alger, n’a pas identifié ses cibles, sachant qu’il s’agit effectivement des parties qui cherchent à nuire à l’image des formations politiques en ces temps d’incertitudes, surtout que le peuple s’est soulevé de lui-même sans qu’une quelconque organisation politique ne l’encadre. Pourtant, ce n’est pas une raison pour dissoudre les structures politiques, estime Hanoune. Pour elle, «une société sans partis et syndicats est une société ‘’encamisolée’’ et ne peut avancer», rappelant à l’occasion que «des générations entières ont combattu le système du parti unique pour l’avènement du multipartisme, de la liberté syndicale et pour qu’il y ait des associations».
En partie, «ce sont ces luttes-là qui ont aidé à ce qu’il y ait des avancées sur la démocratie et ont permis le soulèvement du 22 février», a-t-elle défendu. Louisa Hanoune rappelle encore que «s’il n’y avait pas l’Etoile Nord-Africaine (ENA), puis le Parti du peuple algérien (PPA) qui a clairement réclamé l’indépendance sur laquelle le peuple s’est mobilisé, et imposé aux partis réformistes d’adopter la demande, la guerre n’aurait pu démarrer et «l’Algérie serait encore un département français». «Alerte aux aventuriers qui préparent les pire», a lâché l’oratrice qui dit vouloir éviter à l’Algérie un scénario comme celui des pays arabes, Syrie, Irak, Yémen…
Par contre, le modèle tunisien l’inspire bien. Selon Louisa Hanoune, si la révolution tunisienne a réussi sur le plan politique, «même si elle n’a pas encore réalisé tous ses objectifs à cause des interférences étrangères», c’est parce que «l’UGTT a répondu à l’appel de la jeunesse et l’a encadrée».
a contrario du processus révolutionnaire en Egypte qui «a tourné au cauchemar à cause de l’absence de syndicats forts et de partis populaires indépendants du système». Certes, jusqu’à présent, les manifestations populaires n’ont pas d’encadrement. Ce qui ouvre la voie aux spéculations sur leur avenir. Mais, pour Hanoune, les partis, du moins pour le PT, sont partie prenante de cette dynamique. «Nous sommes partie intégrante de l’aspiration de la majorité écrasante à la démocratie et à la souveraineté du peuple», a-t-elle soutenu, mettant en avant «les débats pour la recherche de solutions» qui se poursuivent. Sur ce, «le PT n’a de leçons à recevoir de personne en matière de lutte et de sacrifices, particulièrement de ceux qui veulent s’approprier et détourner le cours et les objectifs du mouvement révolutionnaire populaire», a lancé Louisa Hanoune.
Amine Berkane

About Letemps

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …