Home / Algérie / Magoura, commune de Bouihi (Tlemcen): Plus de 200 élèves boycottent les cours

Magoura, commune de Bouihi (Tlemcen): Plus de 200 élèves boycottent les cours

Plus de 200 élèves du cycle secondaire, dont 80 filles, de la localité de Magoura, située à une trentaine de kilomètres au sud-ouest du chef-lieu de la commune de Bouihi, Daïra de Sidi Djillali, n’ont pas repris leurs études depuis la rentrée scolaire.

Les raisons invoquées par leurs parents sont «l’éloignement du lycée, situé au chef-lieu de la commune soit plus d’une trentaine de kilomètres, l’insécurité dans les routes, les intempéries et l’insuffisance des transports scolaires». Selon les parents d’élèves qui refusent la reprise des cours par leurs enfants : «c’est vécu depuis des années et il était prévu l’extension et la transformation de deux établissements de notre localité pour accueillir nos élèves du secondaire. Malheureusement toutes nos doléances sont restées vaines malgré les promesses des responsables locaux» et de souligner que «le déplacement jusqu’à Bouihi influe beaucoup sur le rendement et les résultats scolaires de nos enfants qui se retrouvent ainsi pénalisés». Ils précisent que «le transport scolaire est insuffisant à cause des dettes non payées aux transporteurs privés». A la commune de Bouihi, il a été réalisé un grand lycée d’une capacité de plus de 500 élèves.
Il est situé à mi-chemin entre les localités d’El-Abed et Magoura. Depuis sa réception en 2014, la population d’El-Abed a protesté contre sa réalisation au chef-lieu et l’a boycotté. Il voulait sa réalisation à la localité d’El-Abed. Après plusieurs rencontres avec les autorités locales de la Wilaya de Tlemcen, il a été entendu la réalisation d’un lycée à El-Abed pour éviter le déplacement des élèves.
La population de Magoura entend, par cette action, à agir de la même sorte pour «s’y voir réaliser un lycée et atténuer les souffrances de leurs enfants».
«Il est inconcevable qu’une aussi importante localité de plus de 10 000 habitants ne puisse disposer d’un lycée et que nos enfants, notamment nos filles, puissent parcourir quotidiennement une aussi longue distance dans l’insécurité et les risques d’accidents», affirment les parents d’élèves tout en indiquant que «ce sont plus de 40 élèves qui ont quitté le cursus scolaire à cause de ce calvaire». Ils sollicitent l’intervention des autorités locales pour «qu’une solution équitable soit trouvée à leurs enfants». Les élus locaux et les services de l’académie démentent la version des parents d’élèves et affirment «que le transport scolaire est pleinement assuré et sécurisé depuis la rentrée scolaire et que la réalisation d’un lycée à Magoura est l’un des objectif à moyen terme».

B. Soufi

About Armadex

Check Also

l’Europe face à l’extrémisme religieux.. De l’exode passif à l’islamisme actif

L’Europe est en train de voir naître, dans sa communauté musulmane, une influence djihadiste. Celle-ci …